Qui m’aime me suive !
Vous êtes dans la catégorie

Bébé grandit …

    Pédagogie Montessori à la maison : 25 jeux et activités à proposer à vos enfants.

    Si vous suivez le blog depuis longtemps (merci 😘 ), vous commencez à me « connaitre » et savez donc, que je suis adepte de la pédagogie Montessori, que j’ai découvert grâce à l’excellent livre de charlotte poussin : Montessori – de la naissance à 3 ans, apprends moi à être moi-même. Pour Maria Montessori, fondatrice de la pédagogie qui porte son nom, le but de l’éducation n’est pas simplement de transmettre un savoir, mais de cultiver le désir de découvrir et d’apprendre.

    Elle met également en avant chez les enfants, les périodes sensibles, que l’on pourrait décrire comme des phases passagères d’acquisition et de construction. Durant cette période, un enfant serait plus enclin à Lire la suite…

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Repas de bébé : Gagner en autonomie. Les périodes sensibles selon Maria Montessori + test produits (Tommee Tippee & BBeasy).

    Depuis ses 12/13 mois, MiniNous a décidé de manger toute seule. C’est arrivé d’un coup, tournant la tête sur le côté lorsque l’on approchait la cuillère, mais essayant de l’attraper pour la mettre toute seule à la bouche. J’ai vraiment ressenti cette transition pour ma fille, comme un véritable besoin de sa part. Cela me fait penser à Maria Montessori, lorsqu’elle parle des périodes sensibles. Si vous suivez régulièrement le blog, vous devez savoir que j’aime beaucoup la pédagogie Montessori, que j’ai découvert à travers l’excellent livre de Charlotte Poussin : Montessori, de la naissance à 3 ans, aux éditions Eyrolles. J’ai d’ailleurs eu la chance de rencontrer l’auteure lors d’une de ses conférences et je vous recommande vivement d’y assister, si l’une se déroule vers chez vous.

    Pour vous résumer rapidement les périodes sensibles, évoquées par Maria Montessori, celles-ci seraient des phases passagères d’acquisition et de construction. Grâce à ces temps forts, l’enfant dispose de potentiels particuliers, Lire la suite…

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Comment prendre soin des premières dents de bébé ? J’ai testé pour vous … 2 sets de dentition : Visiomed & Bébé Confort

    Il y a quelques mois, alors que MiniNous était en train de nous sortir 2 nouvelles dents, je vous livrais sur le blog : 9 conseils pour soulager les poussées dentaires de bébé. A présent, avec 7 quenottes à son actif, il faut penser à en prendre soin. Il est conseillé de commencer à nettoyer les dents de son bébé dès leurs apparitions. Car même si ces dents dites « de lait » ne sont pas définitives, certaines ne tombent pas avant les 10 ans de l’enfant. Et comme elles préparent la place des futures dents, leur bonne santé est indispensable !

    gazette jeune maman

    Comment en prendre soin ?

    √ Avant 1 an, exit les brosses à dents et le dentifrice. Une simple compresse humide suffira, le but étant d’essuyer la surface de la dent afin d’éliminer la plaque dentaire.
    Après 1 an, lorsque bébé grandit et qu’il est capable de garder la bouche ouverte quelques secondes, des bosses à dents pour bébé existent. Toutes petites pour être adaptées à la taille de sa bouche, avec des picots doux en silicone, aucun risque de lui faire mal ou d’abîmer ses gencives. Ce brossage à aussi l’avantage de soulager la douleur en cas de poussées dentaires.
    √  A partir de 18 mois, vous pouvez abandonner la brosse à dents en silicone, pour une brosse à dents à poils très souples.
    √ Avant 3 ans, il est inutile d’utiliser du dentifrice, car les enfants de cet âge en avalent beaucoup et les produits vendus ont tendance à contenir trop de fluor pour nos chères têtes blondes. Un excès de fluor peut entraîner une fluorose, qui se caractérise par l’apparition de tâches blanches définitives sur les dents.

    D’après le Docteur Vianney-Descroix, chirurgien-dentiste à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, il est conseillé de brosser les dents après chaque repas. Encore faut-il le pouvoir. Un minimum d’une fois par jour, de préférence le soir avant le coucher est raisonnable pour un enfant jusqu’à 18 mois/24 mois. Après, un brossage bi quotidien (matin et soir) est indispensable.

    Bien évidemment, un brossage régulier des dents ne suffit pas toujours pour les garder en bonne santé et éviter les caries. Evitez de donner trop de sucreries à votre enfant et bannissez définitivement les biberons d’eau à disposition la nuit, les jus de fruits ou sirops sucrés avant le coucher. Il arrive que de jeunes enfants de 2-3 ans, présentent de petites lésions carieuses. Ces “caries du biberon” apparaissent chez les tout-petits qui, tout au long de la journée, boivent au biberon des produits sucrés. Au contact permanent du sucre, la déminéralisation se fait de manière continue et la salive n’a pas le temps de neutraliser les acides, permettant aux caries de se développer.

    Bébé est un peu récalcitrant à l’idée de se brosser les dents ? Essayer de faire de ce moment un jeu. Donnez-lui sa brosse à dents dans les mains et invitez le à vous imiter lorsque vous vous brossez vous-même les dents. Vous pouvez aussi lui dire que vous allez l’aider avec chacun une brosse à dents à la main.

    gazette jeune maman

    J’ai testé pour vous …
    Le Set complet de dentition Advanced Concept de Bébé Confort

    Conçu et développé par des professionnels, le set de dentition advanced de Bébé Confort est composé d’un doigtier et de 2 brosses à dents en silicone doux. Les 2 brosses à dents ont des têtes de tailles différentes pour s’adapter à la bouche de l’enfant en fonction de son âge. Creusées en leur milieu, elles épousent parfaitement la gencive de bébé pour bien nettoyer dessus, devant et derrière. Fabriquée en silicone ultra doux, on ne risque pas de faire mal à bébé, ni d’abîmer ses gencives.

    Ultra légère et grâce à son manche épais, MiniNous arrive facilement à la prendre en main et essaye de nous imiter. Ou plutôt la mâchouille… 😉 Le doigtier sert surtout à masser les gencives douloureuses lors des poussées dentaires, plutôt qu’à les nettoyer à proprement parlé. La marque affirme que son produit est conçu pour les enfants jusqu’à 36 mois, mais je trouve cependant qu’il manque une brosse à dents en poils souples pour les enfants plus grands (à partir de 18 mois).

    Au prix moyen de 7,90€, le set dentition advanced de Bébé Confort est un très bon kit de démarrage, pour les premières dents de bébé jusqu’à 18 mois. C’est celui que j’utilise pour MiniNous en ce moment.
    brosse a dents bebe confort

    gazette jeune maman

    J’ai testé pour vous …
    Baby’Care Dentaire. La trousse de soin des premières dents par Visiomed

    Le kit Baby’Care dentaire de Visiomed, présenté dans une jolie trousse de toilette est composé :
    √ d’un doigtier de massage en silicone
    √ d’un anneau de dentition
    √ d’une brosse à dent électronique Prosonic Baby avec 2 têtes : une en silicone (1er âge) et une à poils souples en nylon (2ème âge).
    √ d’une brosse à dents à poils ultra souples
    √ Un petit guide « Mes premières dents » qui donne pleins d’infos sympa pour traverser la difficile épreuve des poussées dentaires et des conseils pour une bonne hygiène bucco-dentaire dès la naissance.

    soigner dents bebe visiomedkit dentaire visiomed

    Pour soulager les gencives lors des poussées dentaires, le doigtier est conçu avec 2 textures différentes. L’anneau de dentition est facile à prendre en main pour bébé et peut se placer au frigo (le froid soulage en engourdissant les récepteurs de la douleur).

    Petit bémol sur la brosse à dent électronique 1er âge, que la marque conseils dès 6 mois (et jusqu’à 24 mois). Pour l’avoir testé sur moi, les vibrations me paraissent trop puissantes pour une si petite bouche et je n’ose pas l’utiliser sur MiniNous. Barrière psychologique… Je m’en sert donc comme une brosse à dents normale. Ludique, la brosse s’éclaire et son socle se ventouse. J’ai aussi aimé qu’elle soit fournie avec sa pile (même si du coup je n’en ai pas l’utilité).

    Quant à la brosse à dents en nylon, la marque la conseille à partir de 24 mois, pour un brossage comme les grands. Je ne l’ai pas encore utilisé pour MiniNous qui n’a que 13 mois, mais ses poils sont vraiment très souples et son manche ergonomique permet une prise en main facile.

    Au prix de 17,90€, le kit Baby’care dentaire de Visiomed est vraiment très complet. J’ai beaucoup aimé retrouver le petit livret à l’intérieur de la trousse, qui renferme pleins d’infos utiles. Un produit très sympa à offrir ou à se faire offrir à la naissance de son bébé.

    gazette jeune maman

    Du côté de chez vous … A partir de quel âge avez-vous pris soin des dents de bébé ?
    Comment faites-vous ? Quels produits utilisez-vous ?

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Mes 1ers pas dans la pédagogie Montessori, avec le livre : Montessori, de la naissance à 3 ans, apprend moi à être moi-même, par Charlotte Poussin, éditions Eyrolles.

    Depuis 1 an que je suis maman et peut-être encore plus depuis que je fais partie de la blogo parentale, j’entends souvent parler de la pédagogie Montessori. Pour être franche, au début, je me disais que c’était encore une nouvelle mode, une nouvelle lubie de ces mamans qui se vantent d’être (trop) parfaites. Mais à force d’en entendre parler, je me suis dit qu’il fallait que je me renseigne, histoire de ne pas rester sur des a priori. Du coup, quand j’ai reçu un communiqué de presse des éditions Eyrolles, pour le lancement du livre : Montessori, de la naissance à 3 ans – Apprend moi à être moi-même, écrit par Charlotte POUSSIN, je me suis dit, pourquoi pas ?

    Et figurez vous que je me suis complètement trompée sur la pédagogie Montessori. Ce n’est pas une nouvelle mode, mais bien un réel principe d’éducation, né en 1907. Et sans le savoir, j’utilise déjà certains principes de cette pédagogie avec MiniNous. Le livre est vraiment bien écrit. Au fil des 178 pages, j’ai été conquise par ce que je lisais et par la vision de l’enfant et de l’éducation que propose l’auteure. L’ouvrage explique l’intérêt de la pédagogie Montessori entre 0 et 3 ans, un âge où l’enfant se construit et développe sa propre personnalité. Charlotte Poussin (éducatrice Montessori, diplômée de l’Association Montessori Internationale en 2000 et maman de 5 enfants) nous livre des pistes de réflexions, des idées pour nous permettre de mettre en place les principes Montessori qui nous correspondent. Rien n’est imposé. Libre à nous de choisir les principes que l’on veut suivre.

    Par exemple, la pédagogie Montessori préconise de faire dormir l’enfant au sol sur un matelas, plutôt que dans un lit à barreaux, pour favoriser le mouvement, l’exploration et lui permettre d’aller se coucher seul quand le besoin s’en fait sentir. Personnellement, je n’adhère pas à ce principe, car je pense qu’un enfant a besoin d’un lit où il comprend que c’est le moment de dormir. Et quoi de mieux que le lit à barreaux pour délimiter cet espace dodo ? Je sais très bien que si je laisse ma fille dormir dans un lit au sol, sans barrières, elle fera la fofolle au lieu d’aller dormir. Et même si sa chambre est prévue pour elle, pour qu’elle puisse y évoluer à sa guise, avec le moins de danger possible, j’aurais peur qu’elle escalade de partout en pleine nuit et qu’elle se fasse mal. (elle ne marche pas encore, qu’elle monte déjà sur la table basse et s’assoit dessus !).

    A l’inverse, certains principes ont retenu mon attention. La pédagogie Montessori préconise de choisir des activités avec un but défini, qui engagent l’enfant et répondent à ses besoins de mouvements, de développement sensoriel, de langage et de développement sociale. Sélectionnons pour cela des objets spécifiques pour développer des point précis. Chaque activité isole un paramètre : soit les formes, soit les couleurs, une sensation. Evitons les activités 3 en 1, qui stimulent trop de sens à la fois et embrouillent l’enfant. A la place, l’auteure Charlotte Poussin, propose une centaines d’activités pour développer les différentes compétences de l’enfant : autonomie, motricité, vision, ouïe, langage, toucher. Toucher différentes matières, parler des saveurs et dire à l’enfant ce qu’il mange, trier les objets par forme ou par couleur, utiliser un entonnoir pour verser un liquide dans un récipient, monter les escaliers (avec les parents bien évidement), verbaliser les actions du quotidien, inciter l’enfant à participer lorsqu’il s’habille, s’entrainer à ouvrir des boutons ou des scratchs hors contexte, aider à mettre le linge dans la machine à laver, donner de petites missions aux bébés (mettre sa couche sale à la poubelle par exemple). Des activités du quotidien faciles à mettre en pratique et d’une grande utilité pour le développement de bébé. Je trouve qu’il manque quand même quelques fiches plus ludiques, avec des activités plus poussées, pour aider bébé à apprendre tout en s’amusant.

    gazette jeune maman

    Le petit humain, est une personne à part entière dont les 1000 premiers jours ont une incidence sur toute sa vie, car il s’agit d’une période créatrice de son individu. Trois années fondatrices dont on ne se souvient pas consciemment, tandis que notre mémoire inconsciente en est imprégnée. L’enfant de cette âge mérite donc la plus grande attention. L’éducation doit alors être considérée comme une aide à la vie, c’est-à-dire un service rendu au plus petit qui, vulnérable, a besoin de soutien pour survivre, s’adapter et se développer harmonieusement. Eduquer, c’est aider, c’est rendre service. Et cette aide doit être bien dosée, car toute intervention inutile peut devenir une entrave au développement naturel et à l’équilibre de l’enfant. Tout est une question de mesure. Comment aider sans trop aider ? C’est la grande question à laquelle, Charlotte Poussin, à travers son ouvrage tente de répondre en s’appuyant sur les travaux du docteur, pédagogue et psychiatre Maria Montessori.*

    livre montessori naissance 3 ans

     

    Et si la pédagogie Montessori vous intéresse, je vous invite aussi à découvrir, le principe de motricité libre, créé par Emmi Pickler. Cette approche éducative incite à laisser faire l’enfant, le laisser apprendre de lui-même les différentes positions (assise, debout) sans l’entraver et surtout sans les lui imposer. Les enfants sont pré-programmés pour acquérir naturellement et dans un ordre chronologique précis les différentes positions qui lui permettront d’assimiler la marche. J’ai découvert ce principe lors d’une conférence de Michèle Forestier, kinésithérapeute et auteure du livre « De la naissance aux premiers pas, accompagner bébé dans ses découvertes motrices » et j’avoue en être complètement fan et l’appliquer pour MiniNous.

    gazette jeune maman

    Et vous, connaissez vous la pédagogie Montessori ? Le principe de motricité libre ?
    Qu’en pensez vous ? L’appliquez vous avec vos enfants ?

     

    *Extrait tiré du livre Montessori, de la naissance à 3 ans, apprends moi à être moi-même par Charlotte poussin, éditions Eyrolles.

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Bébé grandit : Lui acheter ses premières vraies chaussures

    Vous l’avez sûrement vu sur mon compte Facebook ou Instagram (quoi vous ne me suivez pas encore? Allez vite réparer cette erreur), j’ai acheté cette semaine de nouvelles chaussures à Mini-Nous.

    Jusqu’à présent, elle portait de petites chaussures souples IKKS, offertes par une amie de boulot. Ma petite Isabelle, si tu passes par là <3. Mini-Nous les portait uniquement lorsque nous étions de sortie et nous les lui enlevions à peine rentré à la maison ou arrivé chez nounou. En gros, ses chaussures évitaient seulement qu’elle n’ai froid aux pieds dehors. J’étais partisane du « pas de chaussures », suite à la conférence de Michèle Forestier, adepte de la motricité libre et aux explications de mon kiné. Nous en avions discuté à plusieurs reprises lorsque j’emmenai Mini-Nous à ses séances bihebdomadaire pour son torticolis positionnel de naissance.

    premiere-chaussure-bebe-ikks

    Pour lui, il est indispensable qu’un bébé apprenne à marcher pieds-nus, car la position debout et l’équilibre, s’acquièrent par proprioception au niveau des pieds. Le meilleur moyen de s’entrainer et de se muscler, est pieds-nus, sans chaussettes, dans son lit ou sur un support mou (tapis, moquette). L’idéale étant dans le sable. Perso la mer est à 4h de route 😉 . En écartant ses petits orteils, ce qui est difficile en chaussures, bébé gagnera en stabilité. Florent, mon kiné, dit aussi que l’alternance pieds-nus et chaussures est indispensable pour l’apprentissage de la marche. A certains moments, bébé, pour explorer le monde qui l’entoure, aura besoin de plus de stabilité et dans ce cas il vaudra mieux le chausser. Bref je n’étais pas trop avancé sur la question et l’ai laissé en suspend dans un coin de ma tête, jusqu’à aujourd’hui.

    Pour en revenir à nos moutons, les chaussures de Mini-Nous étant devenues vraiment trop petites, il en fallait une nouvelle paire. Mais voilà, que choisir ? Entre les anti-chaussures et les pro-chaussures, je ne savais plus où donner de la tête. En plus, je n’arrêtais pas d’entendre : Imagine, mettre des chaussures à un bébé qui apprend à marcher, c’est comme marcher avec des chaussures de ski (perso j’adore !! 🙂 )

    Pour être conseillée, savoir quelles chaussures choisir, quelle pointure prendre, j’ai décidé d’aller dans une petite boutique spécialisée à côté de chez moi. Vous allez me dire, « la vendeuse va te conseiller de mettre des chaussures, car c’est son business d’en vendre un maximum ». C’est vrai, j’y ai évidemment pensé, mais si son discours ne me convenait pas, j’avais dans l’idée de repartir avec une paire de Robeez (chaussons souples en cuire).

    En entrant dans la boutique, je lui ai expliqué mes doutes et mes interrogations de maman. Elle m’a expliqué pourquoi elle était pro-chaussures (on l’aurait parié ! ) Elle pense que laisser bébé pieds nus pour apprendre à marcher ne l’aide pas forcément. Pour elle, il faut un maintien au niveau de la cheville pour l’aider dans sa recherche de stabilité, sinon bébé va naturellement incliner les chevilles vers l’intérieur, avoir les pieds qui rentrent, puis par la suite de possibles problèmes de hanches. Pour elle, l’époque des chaussures trop lourdes, qui bloquent complètement le pied et le compriment est révolue. Les industriels de la chaussure bébé ont fait de réels progrès à ce niveau et proposent à présent des modèles parfaitement adaptés à l’apprentissage de la marche.

    Ne me demandez pas pourquoi, mais son discours m’a convaincu. Ses conseils judicieux et cohérents m’ont fait changer d’avis. En bref, la nana a fait du bon boulot et a vendu sa paire de chaussures. Du coup, sur ses conseils, comme ma fille ne marche pas encore et ne tient pas debout (mais elle essaye), j’ai choisi des chaussures à semelles ultra souples, sans maintien au niveau de la cheville (inutile pour le moment). Elle m’a proposé une paire de la collection « 4 pattes » de Babybotte et m’a dit de revenir dès que Mini-Nous commencerai à tenir debout et à se lâcher, pour passer à une paire avec maintien. Elle a bien insisté sur maintien et non blocage de la cheville. Cette nouvelle paire de chaussures, ne veut pas dire pour autant que MiniNous va les porter tout le temps. Je vais toujours suivre les précieux conseils de mon kiné et alterner chaussures/pieds-nus.

    premiere chaussures bebe babybotte

    Alors oui, ça va vite arriver. D’ici 2 mois, peut être moins, il faudra de nouveau changer de chaussures. Celles ci ne dureront pas longtemps, mais je ne regrette pas mon achat. Mini-Nous à l’air bien dedans et était toute sourire quand je les lui ai essayé en magasin. Et quand je lui ai demandé quelle couleur elle préférait, entre le rose et le gris (elle avait les 2 aux pieds), elle a essayé (comme d’habitude) de manger le modèle gris (pour lequel j’aurais opté de toute façon).

    Voilà pour la petite histoire. Vous savez tout. Je reviens très vite avec un article sur « Comment bien choisir les 1ères chaussures de marche de bébé »

    Et vous, à quel âge avez-vous acheté les premières chaussures de votre pti’bout ?
    Êtes-vous plutôt « pro-chaussures » ou « anti-chaussures » ?

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Motricité libre : Accompagner bébé jusqu’à la marche.

    Lundi dernier, le 16 Novembre 2015, j’ai eu la chance d’assister à une conférence animée par Michèle FORESTIER, kinésithérapeute spécialisée depuis 35 ans dans la rééducation des bébés et auteure du livre : De la naissance aux premiers pas : Accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices (Edition ERES – Septembre 2011). Sa conférence axée sur le principe de la motricité libre m’a permis de connaitre les bons gestes et les erreurs à éviter pour accompagner bébé jusqu’à la marche.

    En croyant bien faire ou par pression de l’entourage, nous sommes nombreux à proposer la position assise ou debout trop tôt. Qui n’a jamais entendu : Alors elle tient assis ? Elle fait ses nuits ? Elle a des dents ?? Elle marche ? Si vous avez le malheur de répondre non, on vous fera gentiment comprendre par quelques remarques bien senties que votre bébé est « en retard » car le fils de la fille de la cousine du voisin à marché à 11 mois. Et lorsque enfin votre progéniture marchera, vous aurez le droit à tout un tas d’autres questions : Elle mange bien ? Elle est propre ? Elle Parle ? Bref, vous n’en finirez jamais !

    Le principe de motricité libre, sujet de la conférence, ne date pas d’hier. Il a été découvert par Emmi Pickler en 1947 et prône l’autonomie de l’enfant. Cette approche éducative repose sur le fait de laisser l’enfant libre de tous ses mouvements, sans les lui enseigner et les lui imposer. Peu à peu il acquerra naturellement et dans un ordre chronologique précis les différentes positions qui lui permettront d’assimiler la marche.

    L’apprentissage de la marche peut être comparé à la construction d’une maison. Il faut des bases solides avant de passer à l’étape suivante. Inutile donc de mettre bébé assis trop tôt. S’il ne s’assoit pas seul c’est qu’il n’est pas encore prêt. Idem pour la marche. Avant de tenir debout, un enfant effectue tout un cheminement : à partir du plat dos, il se retourne sur le côté, puis sur le ventre, rampe, passe à quatre pattes et découvre à cette étape la position assise autonome au sol. Il passe ensuite à genoux, prend appui sur un support avec ses mains, se met en position du chevalier servant  et parvient à la position debout. Il se déplace d’abord latéralement le long des meubles, cherche ensuite à lâcher un appui pour en tenir immédiatement un autre. Il peaufine son équilibre, se lâche quelques secondes et fait ses premiers pas lorsqu’il est prêt et à confiance à lui.

    etape de la marche

    Au final, l’on peut décortiquer les étapes jusqu’à la marche en 3 phases :
    √ La phase statique (positions à plat sur le sol)
     La phase dynamique (bébé se retourne et commence à pivoter sur lui-même comme une boussole lorsqu’il est sur le ventre, il cherche à avancer en rampant, puis à quatre pattes)
     La découverte de la verticalité avec la position assise, puis debout.

    Cette approche du « laisser faire » apporte de nombreux bienfaits à bébé : autonomie, concentration, persévérance, fierté de réussir par lui-même, confiance en lui, connaissance de son corps et de l’espace, travail des membres inférieurs, alternance des appuis.

    En pratique, voici les bons gestes et les erreurs à éviter pour accompagner votre enfant jusqu’à la marche.

    k

    Les erreurs à éviter

    1/ Ne jamais mettre un bébé dans une position s’il ne sait pas s’y installer, ou en sortir seul. On ne le mettra pas assis, ni debout avant qu’il ne le fasse de lui-même. On ne lui apprend pas à acquérir ces postures : il les découvre seul, à partir de sa maturation neurologique et au gré de son désir d’expérimenter de nouveaux mouvements. Vers 6/8 mois, on a tendance à vouloir assoir notre bébé en le posant au beau milieu de son tapis d’éveil, avec une multitude de coussins autour, au cas où il tomberait. Ce « au cas où » doit justement mettre la puce à l’oreille. Si bébé vacille et tombe c’est qu’il n’est pas prêt à s’assoir. On se dit souvent, qu’il est mieux dans cette position, pour jouer et pour voir le monde qui l’entoure. Mais c’est faux. Un enfant à qui l’on a imposé la position assise, ne sera pas à l’aise pour jouer et ne pourra pas attraper les objets éparpillés autour de lui car son équilibre est trop précaire. Le moindre mouvement va le déséquilibrer.

    2/ Ne pas l’encourager à pousser sur ses jambes en le mettant debout sur vous. Cela le conduit à découvrir la verticalité trop tôt. Bébé voudra alors être tous le temps debout mais son corps ne sera pas prêt et cela lui donnera de mauvais appuis.

    3/ Evitez de mettre des chaussures trop tôt. Celles-ci faussent la marche. Bébé ne « déroule » pas le pied. Imaginez que les chaussures que vous mettez à son pied, sont pour lui, l’équivalent de nos chaussures de montagnes. Pas très confortable me direz vous. Mettez des chaussures uniquement lorsqu’il sait bien marcher et lorsque vous sortez. Chez vous, pour éviter qu’il ne glisse, certaines paires de chaussettes existent avec des coussinets antidérapant. Pensez également aux chaussons souples en cuire, idéal pour les débuts. D’ailleurs, 2 camps s’opposent à ce sujet. Les PRO et les ANTI-chaussures.

    4/ Bannissez les Yoopala et autres trotteurs ! Tout d’abord, il fausse l’équilibre de votre enfant, puisque celui-ci est sans cesse maintenu. De plus, il donne une mauvaise position à votre bébé, qui aura ensuite tendance à marcher sur la pointe des pieds. Il « coupe » également le corps de bébé en 2, qui ne voit donc plus ses jambes et l’empêche d’assimiler tous ses mouvements.

    motricite libre yoopala trotteur

    j

    5/ Evitez de rajouter un « sur-tapis » dans le parc de votre loulou. Même si vous pensez bien faire en lui apportant du confort supplémentaire (j’ai moi-même fait l’erreur), cela l’empêche d’avancer pour ramper. En effet quand il cherche à s’aider de ses bras pour avancer, c’est le tapis qui vient vers lui.

    6/ Ne pas aider bébé à marcher en le tenant par les 2 mains. Cela creuse son petit dos et lui donne une mauvaise posture.

    l

    Les bons gestes à adopter

    1/ Lorsque votre bébé ne sait pas encore se retourner seul, posez le toujours sur le dos. Cette position naturellement physiologique lui permettra de se détendre mais aussi de bouger ses bras, ses jambes, de regarder à droite, à gauche et prendre conscience de son corps et apprendre à le maitriser.

    2/ La position ventrale présente aussi beaucoup d’intérêt, on peut donc y installer bébé dès sa naissance sous surveillance. En cherchant à relever la tête puis le torse, bébé va fortifier sa chaîne musculaire postérieure, évitant les risques de plagiocéphalie, plus communément appelée tête plate. Au début, on se contente des moments du change pour retourner l’enfant lors du boutonnage de son pyjama par exemple, puis petit à petit on pourra durant ses moments d’éveil, le lui proposer durant 5/10 minutes. Attention à ce qu’il ne se fatigue pas.

    3/ N’accourez pas trop vite lorsque votre bébé n’arrivent pas à faire quelques choses par lui même. A 2 mois 1/2, ma fille savait faire dos/ventre mais pas l’inverse. Nous avions remarqué qu’elle essayait mais en vain. Elle se mettait donc à râler/pleurer pour que nous venions à son secours. Nous accourions à la moindre alerte. Jusqu’au jour où nous avons décidé de la laisser pleurer (un peu) et se débrouiller seule, pour trouver la solution à son problème. A force d’essayer et de lui montrer le chemin (lorsque nous la replacions du ventre au dos nous la faisions rouler sur le coté), elle à su vers ses 4 mois 1/2 se retourner dans les 2 sens. Et qu’elle fierté pour elle, lorsque nous l’applaudissions de son exploit !

    4/ Lorsque votre enfant commence à ramper, éviter l’utilisation du parc lorsque cela est possible. De cette manière votre enfant pourra participer à la vie de famille et vous suivre dans vos déplacements. Quoi de plus frustrant pour bébé, de vous voir partir dans la cuisine et de ne pas pouvoir vous suivre car il est « prisonnié » de son parc. Bien évidemment cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’en servir. Le parc reste très pratique, lorsque vous avez besoin de savoir bébé en sécurité le temps de faire tourner une machine, étendre le linge, cuisiner ou encore vous doucher.

    porteur bebe motricite libre5/ Si les trotteurs et autres Yoopala sont à bannir, le porteur est quant à lui bénéfique. Il fera un excellent cadeau pour les 1 an de votre bébé. Il permet à votre enfant d’avancer de façon autonome en s’appuyant dessus lorsqu’il n’est pas encore prêt à se lâcher. De plus, le fait de monter dessus, oblige à passer une jambe par dessus et donc de rester sur un seul pied quelques secondes, favorisant l’apprentissage de l’équilibre.

    z

    6/ Enfin, sachez que chaque enfant à son propre rythme.

    Et vous, que pensez vous du principe de motricité libre ?
    Le connaissiez vous avant de lire cet article ?
    Le pratiquez vous ? 

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Diversification Alimentaire de bébé : Tout ce qu’il faut savoir !

    Ca y est ! C’est arrivé beaucoup plus vite que je le pensais ! Lorsque je faisais ma liste de naissance, une amie (au passage bisous coco) m’a dit : mets des petites cuillères ou un coffret 1er repas sur ta liste ! Tu verras les gens adorent offrir cela ! Je me revois encore lui répondre : Ba non y’a tout le temps, pas besoin ! Et têtue comme pas deux, je suis restée sur ma lancée et n’en ai pas mis sur ma liste !

    Mais voila, Mini-Nous à 5 mois, où devrais-je dire DEJA 5 mois ! Je n’ai pas vu le temps passer et l’heure de la diversification alimentaire à sonné ! Paf ! 1er coup de vieux !

    En tant que jeune maman inexpérimentée, je me suis posée tout un tas de questions : Quand commencer la diversification ? Quels fruits/légumes/viandes donner à Mini-Nous ? Dans quel ordre et comment les introduire ? Autant de questions auxquelles je vais tenter de répondre. Vous trouverez dans cet article toutes les étapes, conseils et autres astuces que j’ai pu glaner au fil de mes recherches, mais surtout les précieux conseils de mon pédiatre.

    h

    Durant le 1er semestre, l’alimentation de bébé à été exclusivement lactée et le lait reste l’aliment privilégié de toute la 1ère année. Mais à partir de 4/6 mois (recommandé à 5 mois par mon pédiatre) l’alimentation de l’enfant peut commercer à être élargie. Etape importante du développement de bébé, une diversification alimentaire réussie s’effectue progressivement, au rythme de l’enfant. Pour lui assurer une bonne santé et former/éduquer son goût, il est important de respecter certaines règles.

    Faites découvrir à bébé la texture de ses plats petit à petit , suivant ses progrès. D’abord les aliments lisses sans grumeaux, puis lorsqu’il grandira : moulinés, avec de petits morceaux fondants puis avec de vrais morceaux. Chaque enfant à son propre rythme.

    Très rapidement il sera sensible, comme vous, à la présentation de ses repas. Ne mélangez pas les aliments. Pensez aux couleurs, aux formes. Présentez lui des petits tas différents pour qu’il apprenne à différencier les saveurs.

    Si votre enfant ne veut pas d’un aliment, ne le forcez surtout pas à manger. Cela ne servirait qu’à créer des blocages ou des dégoûts. Mais n’hésitez pas à lui proposer à nouveau cet aliment quelques jours plus tard. S’il refuse définitivement celui-ci, proposez-lui le même mais sous une forme différente (un velouté plutôt qu’une purée). Vous pourrez ainsi vous rendre compte si bébé n’aime pas le goût ou juste la texture de cet aliment.

    Pensez à son avenir et éviter de lui donner trop de sel. Au début ne pas saler vos purées. Lorsque bébé grandira une petite pincée suffira. Ne pas re-saler les petits pots industriels.

    La diversification alimentaire commence par l’introduction des légumes au repas de midi puis 15 jours après par l’introduction des fruits au goûter. L’introduction des légumes peut se faire dans le biberon de lait ou de préférence à la petite cuillère (cuillère souple en silicone adaptée à bébé)

    Les quantités doivent être augmentées progressivement, en commençant toujours par 2 ou 3 cuillères. Le biberon de lait reste indispensable. Au bout de 3/4 semaines, votre petit loup mangera un pot complet de 100 à 130gr et le biberon de lait du midi aura disparu.

    N’introduisez qu’un seul aliment à la fois, et toujours le même durant 2/3 jours afin de laisser à bébé le temps d’apprécier son goût. De plus, donner les aliments de façon isolée au début, permet d’attribuer aisément les signes d’allergie ou intolérance à un aliment en particulier.

    Lors de l’introduction des légumes commencer par : [column col= »1/2″]√ les haricots verts
    √ les courgettes (sans peau, ni pépins)
    √ Potiron
    √ Aubergine[/column]

    [column col= »1/2″]
    √ Betterave
    √ Endives
    √ Artichaut[/column]

    k
    √ les épinards (attention effet laxatif). Les préférer surgelés ou en petits pots industriels jusqu’à 6 mois, car présence de nitrates dans les épinards frais.
    √ les carottes (Les éviter frais pour les mêmes raisons que les épinards.)
    √ les tomates (sans peau, ni pépins),
    √ le blanc de poireaux (le vert du poireaux est déconseillé au début car très riche en fibre, il favorise une mauvaise digestion)

    Eviter les choux de bruxelles, topinambours, salsifis et légumes secs car ils favorisent les gazs intestinaux et sont difficile à digérer.

    A noter que la notion de fraicheur des fruits et légumes n’a d’intérêt que dans le cadre des apports en vitamine C. Cela suppose que les fruits ou légumes proviennent directement d’un verger ou d’un potage et ont été récoltés il y a moins de 24H. Les fruits et légumes retrouvés en grandes surfaces ne répondent donc pas à ces critères. Bien souvent, les conserves faites avec des aliments fraichement cueillis ont des taux en vitamines C supérieurs, elles peuvent donc être utilisées pour la création des petits pots maison.

    Pour l’introduction des fruits au goûter (à 5 mois 1/2 ou 15 jours après les légumes) les introduire cuits et mixés au début. A partir de 6 mois il sera possible de les proposer 1 jour cuit, 1 jour crus. Commencer par les fruits suivants :
    [column col= »1/2″]
    √ La pomme
    √ La poire
    √ La pêche
    √ Le coings (constipe) [/column]
    [column col= »1/2″]
    √ La banane (constipe aussi)
    √ Les myrtilles
    √ La prune
    √ La nectarine[/column]

    Les agrumes comme les oranges, le citron, le pamplemousse ou encore la clémentine sont les plus riches en vitamines C. Ils restent cependant acides, attention donc aux bébés diagnostiqués RGO (lire l’article) comme Mini-NOus.

    Attention, l’introduction des produits à fort pouvoir allergisant comme le kiwi, le céleri, les arachides, les fruits à coque, ou les crustacés doit être retardée après 1 an.

    A partir de 6 mois, vous pourrez introduire les laitages et fromages frais. Préférer les laitages « bébés » contenant moins de protéines et surtout enrichis en fer, acides gras essentiels et vitamines.
    Commercer par 1/2 yaourt puis 1 par jour au lait entier ou demi-écrémé
    Les petits suisses et fromages blanc (30 à 35% de MG) : 1 par jour maximum au début
    ATTENTION : Ils ne constituent qu’un complément au lait 2 eme âge qu’ils ne remplacent pas !
    A titre de comparaison : 150ml de lait infantile = 1 yaourt nature + 60gr de fromage blanc + 30r de fromage + 4 petits suisses de 30r

    A partir de 6mois 1/2, il est possible d’introduire viandes, volailles, poissons, oeufs. A noter que la viande n’est jamais indispensable la 1ère année. Eviter les viandes grasses comme le porc ou le mouton et préférer le veau, l’agneau, le boeuf, le jambon blanc sans couenne, les volailles à chair blanche (poulet, pintade, dinde). Donner 5 à 15gr de viande par jour à 6 mois (1 cuillère à café de viande mixée = 15r) . Entre 10 et 30gr par jour à partir de 8 mois.

    Pour les poissons, assurez vous de sa fraicheur. Les poissons surgelés peuvent aussi être donnés SAUF le poisson pané. Préférez les poissons pauvres en graisses (merlan, limande, colin, morue, dorade, sole, lieu, truite, cabillaud). Les poissons gras comme le thon, les sardines, le saumon ou le hareng ne seront pas introduits avant 2 ans.

    Contrairement aux idées reçues, les oeufs cuits durs, peuvent être introduits des 6/7 mois.

    Voici une réparation proposée pour la semaine : 1 volaille, 1 abat , 1 poisson, 1 jambon, 2 viandes, 1 oeuf. A 6 mois : donner 3 cueillères à café (càc) soit 15gr / A 8 mois : 4 càc / A 1 an 4 à 6 càc / Avant 8 ans : 1 seul repas avec « viandes » par jour.

    Pour terminer, l’introduction des graisses se fait en petite quantité (1/2 à 1 càc après 6 mois) en mettant une noix de beurre ou un peu d’huile (olive ou mélangées) dans les légumes et les potages.

    Voila, avec toutes ces informations, que je rappelle données par mon pédiatre, vous avez toutes les clés en main pour réussir la diversification alimentaire de votre bébé. Vous pouvez également télécharger et imprimer le tableau récapitulatif de la diversification établi par le PNNS (Programme Nationale Nutrition Santé). A coller sur votre frigo !

    Pour terminer, je vous invite aussi à découvrir mon article : 9 astuces pour cuisiner malin les repas bébé.

     Des choses à rajouter ? Votre expérience à partager ? N’hésitez pas !
    Au plaisir de vous lire !

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment