Qui m’aime me suive !
Vous êtes dans la catégorie

Les Petits Maux de Bébé

    SOS Bobos : 18 produits indispensables pour la trousse de secours de bébé

    Je vous en parlais il y a quelques jours dans mon article : Accidents domestiques : Comment les éviter ? 19 conseils faciles à mettre en place, ma fille de 10 mois, touche à tout et se met debout en prenant appui sur les meubles. Même si nous faisons attention, elle n’est pas à l’abri de tomber et de se faire de petites blessures. 🙁   Pour preuve, je l’ai récupéré hier soir chez la nounou, avec un petit bleu au niveau de la joue. Rien de bien méchant, mais cela m’a fait réaliser que je n’avais pas de trousse de secours digne de ce nom. Je vous propose donc ici, les indispensables pour soigner les petits bobos de bébé.

    1/ Numéro d’urgences
    Glisser à l’intérieur de votre trousse de secours, les numéros de votre pédiatre, médecin traitant, hôpital le plus proche et personnes de confiance à contacter en cas de besoin. Si vous vous entendez bien avec vos voisins, vous pouvez aussi mettre leurs coordonnées en cas d’urgence ++ (faire garder le plus grand par exemple, si besoin d’amener le plus petit aux urgences).

    2/ Un thermomètre
    Parce que la fièvre peut survenir à n’importe quel moment et que ce n’est jamais le bon, il est utile d’avoir dans sa trousse un thermomètre. Que celui-ci soit rectal (moins cher et plus fiable) ou frontale, à vous de choisir. Personnellement, en thermomètre frontal, je vous conseille le Bluetherm de la marque Magnien, en vente en pharmacies. Prix de vente : 39 à 49€. Simple a utiliser, rapide et fiable.

    thermometre bebe frontal

    trousse secours bébé

    3/ Du paracétamol (Doliprane)
    A utiliser en cas de fièvre supérieure à 38,5° pour faire baisser celle-ci. Bien choisir le dosage adapté en fonction de l’âge et du poids de votre enfant. Votre pharmacien sera vous conseiller. Bien respecter les doses prescrites ou indiquées sur la notice. Toujours respecter un intervalle de 6h entre deux prises.

    trousse secours bebe doliprane

    trousse secours bébé
    trousse secours bébé

     

    4/ Du sérum physiologique
    En cas de rhume, ou si une impureté s’est logée dans l’oeil. En cas de rhume/rhino, j’aime beaucoup le sérum phy Septinasal de Gifrer. Enrichie en thym et en cuivre, il est antibactérien.

    trousse secours bebe rhume bebe

    trousse secours bébé

    trousse secours bébé

    5/ Arnica en granules
    Arnica Montana 9ch. A diluer dans l’eau chez les plus petits. En cas de bosses ou ecchymoses (bleus). A donner le plus rapidement possible après la chute. 5 granules toutes les heures, pendant 3h.

    arnica granule bebe

    trousse secours bébé
    trousse secours bébé

    6/ Arnica en gel
    Attention, l’arnica en gel est interdit aux enfants de moins de 30 mois. Pour les plus grands, à utiliser en cas de bosses, de coups, de bleus. J’aime beaucoup l’arnica de chez Biolane, enrichie en calendula apaisant. Présenté sous forme d’unidose, pratique lors des déplacements, il se converse 30 mois. Pour les plus petits, il est possible d’utiliser la crème Cicabio Arnica+ de Bioderma (en pharmacies)

    arnica gel bebe

    trousse secours bébé
    trousse secours bébé

    7/ Une poche réfrigérante
    En cas de bosses. Je connais 2 marques qui en font des sympa pour les enfants. TheraPearl Kids (en pharmacies) et Bobo l’Ours de la marque Alphanova (en vente chez Aubert).

    froid pour bosses bebe

    trousse secours bébé
    trousse secours bébé

    8/ Spray antiseptique
    En cas de coupures ou d’égratignures, pensez au spray antiseptique. J’aime le BiseptineSpraid, (en pharmacies), qui existe en petit modèle, idéal pour les trousses de secours. En plus, il ne pique pas !

    spray antiseptique trousse secours bebe

    trousse secours bébé

    9/ Une pince à écharde

    10/ Un spray anti-moustiques
    Attention, de nombreux produits sont interdits aux enfants de moins de 30 mois. Dans ce cas, il est conseillé d’utiliser une moustiquaire sur le lit par exemple ou des lampes qui attirent et tuent les insectes (Prise Mousti’kill Cigale, laboratoires Mathieu, en pharmacies)

    prise anti insecte bebe

    trousse secours bébé

     11/ Lotion apaisante pour les piqûres d’insectes
    Ici, je vous conseille BabyApaisyl des laboratoires Merck

    creme apaisante piqure bebe

    trousse secours bébé

    12/ Une crème apaisante
    En cas de rougeurs ou de coups de soleil (Attention, la crème solaire est indispensable surtout chez les enfants. Ne jamais la garder d’un été à l’autre). Je vous conseille, la pommade homéopathique Cicaderma des laboratoires Boiron (en pharmacies)

    creme apaisante bebe cicaderma

    trousse secours bébé

    13/ Une paire de ciseaux à bout rond

    14/ Des pansements de différentes tailles
    Pour les enfants, il existe des pansements rigolos à l’effigie de leurs héros préférés.

    pansements enfants

    trousse secours bébé

    15/ Une bande

    16/ Des compresses stériles

    17/ Du sparadrap

    18/ Les médicaments prescrits à votre enfant
    S’il a de l’asthme, ou s’il a une allergie potentiellement mortelle (piqûres d’abeilles, arachides, crustacés). Emportez toujours ses médicaments avec vous et pensez à vérifier leur date de péremption et leur mode de conservation (certains doivent rester au frigo par exemple et il est donc difficile de les emmener de partout)

    Voilà, avec cette liste qui est à ajuster en fonction de votre mode de vie, vous serez parrés pour tous les petits bobos de bébé. 🙂

    Du côté de chez vous … Comment cela se passe ?
    Quel a été le pire bobo de bébé ?
    Que contient votre trousse à pharmacie ?

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Accidents domestiques : Comment les éviter ? 19 conseils faciles à mettre en place.

    A l’heure où Mini-Nous, 10 mois déjà, rampe, touche à tout et se met debout en prenant appui sur un meuble à la moindre occasion, sa sécurité est devenue, encore plus qu’avant, ma priorité. Les accidents sont si vite arrivés que la prévention est de rigueur.

    En France, on recense chaque année 2,7 millions d’accidents domestiques, causes de brûlures graves et de décès (18 500 Français meurent chaque année d’un accident de la vie courante)*

    eviter accidents domestiques


    Ces accidents touchent surtout les personnes âgées et les enfants en bas âge. En tête chez les enfants : chutes, étouffements, noyades, intoxications, brûlures et électrocutions. Alors, pour éviter le pire, je vous donne 19 conseils, qui vous verrez, relèvent surtout du bon sens.

    m

    Sécuriser sa cuisine

    accidents domestiques cuisine
    1/ Attention à la porte du four, qui peut être très chaudejusqu’à 130°C. Choisir un four encastré en hauteur ou un four à porte froide. Vous pouvez aussi coller sur la paroi vitrée, des plaques de protection. Plaque de protection four Clevamama en vente chez Amazon pour moins de 20€ 

    2/ Tournez toujours les poignées des casseroles vers l’intérieur pour qu’elles ne dépassent pas du plan de travail. Si vous n’avez qu’une seule poêle ou casserole à faire chauffer, utilisez le feu du fond dans la mesure du possible.

    3/ Lorsque vous cuisinez et utilisez un couteau, évitez d’avoir votre loulou dans les pattes pour éviter tous accidents.

    4/ Pensez à bien fermer le lave-vaisselle pour que bébé ne grimpe pas dessus et n’attrape pas les couteaux par exemple.

    5/ Mettre les produits ménagés en sécurité, dans un placard en hauteur par exemple. Si ce n’est pas possible, pensez à bloquer le placard avec un bloc-placard, même si je l’avoue, c’est vraiment moche ! La sécurité avant tout !

    6/ Attention aux risques d’étouffements avec les sacs plastiques et sacs congélations. Les mettre hors de portée des enfants.

    m

    Sécuriser sa salle de bains

    accidents domestiques salle de bains

    7/ Ne jamais laisser un enfant seul dans le bain. Il est possible de se noyer dans 5 cms de fond seulement. Poser au fond de la baignoire ou de la douche un tapis antidérapant.

    8/ Mettre hors d’atteinte les rasoirs, ciseaux, limes, produits cosmétiques et bien évidemment les médicaments.

    9/ Ne pas laisser les appareils électriques (lisseurs, sèche-cheveux) branchés et bannissez les chauffages d’appoints.

    10/ En cas de brûlure, le réflexe d’un enfant pour enlever sa main est moins développé que celui d’un adulte. Réglez donc le thermostat d’eau chaude avec un mitigeur thermostatique ou directement à la chaudière. Sachez qu’il existe des thermomètres de douche qui se fixe directement au pommeau et alerte avec une alarme sonore et visuelle si la température dépasse 41°C. Thermomètre digital bain/douche Reer en vente chez Amazon pour moins de 20€

    k

    Eviter les chutes

    accidents domestiques chutes
    11/
    Installez une barrière de sécurité en haut des escaliers ou vers les accès aux balcons. Il existe des barrières qui s’installent facilement, sans avoir besoin de percer. Barrière d’escalier sans perçage Hauck, en vente chez Amazon pour 30€.

    12/ Ne jamais mettre d’objets ou de meubles sous une fenêtre, pour éviter que bébé escalade et puisse l’atteindre. Si possible, verrouillez la fenêtre. Une enquête, menée en 2013 par l’INPES indique que les accidents de défenestration concernent majoritairement des enfants de moins de 6 ans (62%), et plus particulièrement des garçons (70%). Ces accidents ont principalement lieu au printemps et en été, notamment pendant les heures de préparation des repas. Dans 49% des cas, l’ouverture disposait d’une protection et dans 50%, un meuble se trouvait sous l’ouvrant. Dans 82% des chutes, un adulte était présent dans le logement. Effrayant non ?

    13/ Ne jamais laisser un enfant sans surveillance sur sa table à langer ou dans sa chaise haute, même attaché. Malgré le harnais, ma fille arrive à glisser ses genoux en dehors de celui-ci et à se lever ! 🙁 Un vrai danger ambulant !

    14/ Lorsque bébé commence à tenir debout, son équilibre est encore fragile. Pour éviter que Mini-Nous ne se cogne, nous avons reculé la table basse. Elle adore se tenir au canapé pour se mettre debout, mais elle a tendance à basculer en arrière. Nous avons donc éloigné la table basse pour éviter qu’elle ne se fracasse la tête dessus en tombant.

    m

    Sécuriser, encore et toujoursaccidents domestiques prises etouffements

    15/ Quoi de plus amusant pour un enfant que de mettre ses petits doigts dans la prise ? Rien. Pour éviter les problèmes, pensez aux caches-prises. Attention de ne pas perdre la clé de sécurité, sinon il vous sera impossible de les enlever. Cachez aussi les fils et autres multi-prises

    16/ Pour éviter que bébé ne se coince les doigts, pensez à fermer les portes ou achetez des blocs-portes. Ils existent aussi sur le marché, des blocs-placards et bloc-tiroirs. Retrouvez sur Amazon, de super bloc-portes rigolos pour moins de 10€!

    17/ Ne transférez jamais de produits ménagés dans une bouteille d’eau minérale (ou autres bouteilles alimentaires) pour éviter toutes confusions.

    18/ Attention aux petits objets et notamment aux jouets de l’ainé, comme les Playmobil ou les Lego. Ces petites pièces sont fréquemment la cause d’étouffements.

    19/ Si vous prenez l’apéro avec vos amis sur la table basse, soyez extrêmement vigilants. Votre bébé à vite fait d’attraper une olive ou une cacahuète et de s’étouffer avec.

    Vous voyez, comme je le disais en début d’article, la plupart de ces recommandations relèvent du bon sens. La liste n’est pas exhaustive, et j’en oublie probablement, mais vous avez là une bonne base pour éviter la plupart des accidents.

    Cet article pourrait aussi vous intéresser :
    SOS Bobos : 18 produits indispensables pour la trousse de secours de bébé

    Alors, que pensez vous de ma petite liste ? 
    Avez-vous déjà été concerné par un accident domestique ?

    m

    * Chiffres : Pharm’UPP – Bien-être & Santé – fiche santé N°9
    Crédit photo : INPES

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    11 astuces pour donner ses médicaments à bébé

    Depuis toute petite, Mini-Nous doit, à mon grand désespoir, prendre 2 médicaments, 2 fois par jour ! L’un étant Inexium pour son RGO et l’autre Hemangiol pour son angiome. Même si je suis dégoutée qu’elle soit déjà bourrée de médicament à son âge, je sais que c’est pour son bien. Si généralement elle prend ses médicaments sans difficultés, il lui arrive, quand elle est malade par exemple, de refuser de les prendre. Et là, c’est le drame !  Pour que le tout ne termine pas sur son pull, il faut ruser et s’y mettre  à deux (parfois).

    Et comme, en cette période hivernale, les rhumes/rhinites et autres gastro pointent le bout de leur nez et attaquent nos progénitures sans scrupules, je vous donne 11 astuces, (qui ne marchent pas à tous les coups, ni avec tous), pour administrer ses médicaments à bébé.

    j

    1/ Mettre bébé en confiance
    Avant toute chose, il est important de mettre en confiance votre bébé, lorsque vous lui donnez un médicament. Expliquez lui à quoi il sert, même si il est tout bébé. Il comprend beaucoup plus de choses que ce que l’on imagine. Jouer avec lui si besoin. Veillez à ce qu’il soit reposé et n’ai pas faim au moment de lui administrer ses médicaments car cela le rendra plus coopératif. Si votre bébé refuse de prendre ses médicaments, ne le grondez pas au risque de le braquer. Laissez passer 5 minutes et retenez votre chance.

    2/ Utiliser la tétine du biberon
    Pour les médicaments liquides, vous pouvez les administrer dans la tétine du biberon. C’est ce que nous faisons avec Mini-Nous. Attention cependant, quand la tétine est vide et que vous entendez loulou avaler de l’air, à bien enlever celle-ci. Autre astuce, si le médicament en question est liquide mais comporte quelques « granules » (Inexnium par exemple), vous pouvez légèrement agrandir au couteau le trou de la tétine.

    3/ Mélanger dans une compote/un yaourt
    Si le médicament le permet, prenez la compote ou le yaourt préféré de votre bébé et mélanger le médicament dedans. Cela cache le goût. Il est préférable de mélanger le médicament dans 1 ou 2 cuillères seulement et non dans le yaourt/compote entier pour permettre une meilleure absorption du médicament.

    4/ Pensez aux suppositoires OU aux sachets en poudre
    Même si les médicaments en suppositoires sont légèrement moins efficaces que le même par voie orale (suppositoire = absorption plus faible et efficacité plus tardive), ils ont l’avantage d’être facile à utiliser. Idem, les médicaments effervescents (qui fondent dans l’eau), peuvent éviter bien des bagarres pour administrer un médicament. Demandez conseil à votre pharmacien, qui sera vous donner les différentes présentations du produit disponibles.

    sucette doseuse medicament picot

    f5/ Sucette doseuse médicament Picot
    Vous pouvez trouver en pharmacie, la sucette doseuse médicament de la marque Picot (souvent à commander chez le pharmacien – délai 24 à 48h). Cette tétine qui existe en 0-6 ou 6-24 mois, possède un réservoir de 5ml pour y mettre le médicament et un trou au bout de la sucette. En tétant, bébé prendra son médicament sans même s’en rendre compte. Attention cependant, la tétine ne convient que pour les médicaments liquides

    f

    f

    hg
    f
    6/ Utilisez une seringue/pipette
    De nombreux médicaments pour enfant son livrés avec une pipette, comme le Doliprane (douleurs et fièvre) par exemple. Placer la pipette à l’intérieur de la joue de votre bébé pour qu’il ne s’étouffe pas.

    7/ Si bébé recrache
    Si votre bébé recrache le médicament, vous pouvez gentiment lui appuyer sur les joues pour qu’il fasse la « moue« . Cela l’empêchera de recracher.

    8/ Stimuler son réflexe de déglutition
    Il existe aussi une petite astuce, qui consiste à souffler doucement sur le visage de votre enfant, au moment où vous lui donnez son médicament. En effet, cela déclenche le réflexe de déglutition qui le fera avaler.

    9/ Le froid engourdit les papilles gustatives
    Si bébé refuse de prendre son médicament car le goût est mauvais, conservez celui-ci au frigo (si le médicament le permet). Le froid atténue le goût et engourdit les papilles gustatives.

    10/ Doudou aussi est malade.
    Essayer de mettre en place une petite mise en scène, où doudou, lui aussi malade, doit prendre le même médicament.

    11/ Impliquez votre enfant
    Si votre bébé est plus grand, impliquez le dans la prise de son traitement, en lui donner le « contrôle ». Sous surveillance, laissez le prendre son médicament tout seul.

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Poussées dentaires : 9 conseils pour les soulager !

    Incontournable comme la diversification alimentaire (à lire ici), ses premiers pas ou encore ses premiers mots, la poussée dentaire est l’étape du développement de bébé, qui fait le plus de bruit. Si les 2 premiers dents de Mini-Nous sont sorties sans accidents majeurs à ses 5 mois et 1 semaine, le 1 Novembre 2015, soyons précis 😉 , les dents suivantes se font attendre bruyamment et non sans mal.

    Pour Mini-Nous, cela se traduit par :
    √ une hyper-salivation
    √ un bébé grognon qui met à la bouche tout ce qui lui tombe sous la main
    √ un bébé qui refuse de manger ou très peu
    √ un bébé qui à du mal à s’endormir le soir (bon je pense que la peur de l’abandon n’y est pas étrangère => article à venir).

    Pour d’autres la poussée dentaire est aussi associée à :
    √ de la fièvre
    √ des joues ou des fesses rouges
    √ une diarrhée passagère
    √ des gencives boursouflées

    Lorsque l’on s’est déjà fait opérer des dents de sagesse, et qu’on a passé 3 jours avec les joues d’un hamster, à manger de la purée et des compotes, on comprend le mal qui ronge nos bébés et on compatit à leur douleur. Et comme les câlins ne suffisent pas toujours, voici 9 conseils pour les aider à traverser cette étape.

    ordre sortie dents bebe

     

    1/ Anneau de dentition
    1er réflexe pour soulager bébé, l’anneau de dentition, à mordiller encore et encore. Préférez les modèles texturés en silicone, sans phtalates, ni bisphénol A et placez les au frigo (jamais au congélateur). Le froid est un vasoconstricteur, c’est à dire qu’il rétracte les vaisseaux sanguins dilatés par l’inflammation et apaise momentanément.

    On vous a peut être conseillé, pour soulager votre progéniture, d’utiliser des carottes, des bâtonnets de glaces, du pain, des biscottes ou encore des bourdoirs ? Oui ? Alors je vous déconseille fortement ces dernières méthodes, potentiellement dangereuses. Pourquoi ? Votre bébé, s’il est trop petit, peut s’étouffer avec les petits bouts croqués de carotte, de pain ou de biscotte. Si le froid soulage, les bâtonnets glacés le sont trop et « brûlent ». Le pain, peut aussi blesser les gencives déjà fragiles de bébé et enfin le sucre contenu dans les boudoirs ne fait pas bon ménage avec les dents (bonjour les futures carries).

    2/ Massage des gencives
    Avec un doigt propre, vous pouvez doucement masser ses gencives. La légère pression exercée soulagera votre bébé. Vous pouvez aussi utiliser une bosse à dents spéciale, avec de petits picots en silicone. Ne pas frotter la gencive avec un morceau de sucre comme vous auriez pu l’entendre ou le lire, car cela agresse encore plus la gencive et risque de blesser bébé.

    3/ Les gels gingivaux
    A utiliser en massages légers, ils sont formulés pour avoir un effet anesthésiant locale et soulager momentanément la douleur. NE PAS les donner 1h avant de manger, car ils peuvent diminuer le réflexe de déglutition et provoquer une fausse route. Quelques noms : Dolodent, Pansoral, Delabarre, Babygencalm.

    4/ Camilla
    En cas de bébé grognon, pour le soulager, vous pouvez lui donner Camilia, à raison de 3 à 6 fois par jour. Présenté en unidose 1ml, Camilia est un médicament homéopathique, formulé à base de camomille, reconnue pour ses propriétés apaisantes et décongestionnantes.

    5/ La Tétine/Sucette
    Parce qu’elle permet de mâchouiller continuellement et apaise bébé en répondant à son besoin de succion, la sucette peut être une bonne alternative pour l’aider dans ces moments difficiles. Pensez à vérifier régulièrement son état et ne pas hésiter à la remplacer si elle vous semble détériorée.

    6/ Doliprane (Paracétamol)
    A utiliser en cas de douleurs intenses et en respectant bien les doses recommandées, le Doliprane est un anti-douleur qui permettra à votre baby de passer une nuit paisible (allongé la douleur est plus forte, car la pression sanguine qui afflue au niveau des gencives est plus importante). Toujours laisser 6h entre deux prises et ne jamais dépasser 3 par jour. Débrouillez vous, pour que la dernière prise tombe un peu avant le coucher.

    7/ Si bébé mange mal…
    Les poussées dentaires
     peuvent aussi entrainer une baisse d’appétit. Téter fait mal et les repas chauds également. Si votre progéniture refuse de manger, ne vous énervez pas, ne le grondez pas, au risque de le braquer encore plus. Suivez ses envies. Proposez lui s’il le désire un yaourt, une compote ou un fruit. Et ne vous inquiétez pas, un enfant ne se laisse jamais mourir de faim et son appétit reviendra si tôt la vilaine quenotte sortie.

    8/ Attention, aux colliers d’ambre
    Même si l’on trouve de nombreux témoignages de parents, évoquant le collier d’ambre comme une solution miracle, pour apaiser bébé lorsqu’il fait ses dents, aucunes études ne prouvent réellement son efficacité. A contraire, il représente même un réel danger de suffocation ou de strangulation et serait responsable de 30 décès, d’après l’hôpital Necker.

    9/ Calins et détente
    Et bien évidemment pour soulager votre bébé, rien de mieux que la présence de papa/maman. Vous pouvez abuser des câlins et autres moments de détente. Jouer avec lui, lui permettra de détourner son attention de la douleur quelques instants.

    k

    Je tiens aussi à préciser que les poussées dentaires ont souvent bon dos, mais n’expliquent pas tout. Même si les symptômes sont bien évocateurs de celles-ci, en cas de fièvre supérieure à 38 °C qui ne disparait pas après 48h, ou en cas de diarrhée importante mieux vaut consulter son pédiatre.

    Pour terminer, parce que je trouve ça sympa, j’ai commencé pour Mini-Nous, à remplir un schéma sur lequel je note les dates auxquelles ses dents sont sorties ! Vous pouvez faire pareil, en cliquant ici : version fille / version garçon

    Le saviez vous ? 1 nouveau né sur 2000 nait déjà avec 1 ou 2 dents !

    Et chez vous…  Bébé fait ses dents ?
    Comment cela se passe t-il ? Vos astuces pour le soulager ?

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment
    traitement hemangiol, angime bébé, hemangiome

    Angiome bébé – traitement Hemangiol : Partage d’expérience …

    Alors que Mini-Nous avait 1 mois, je remarque un petit bleu sur le bout de son nez. Cela ne lui fait pas mal lorsque je touche, je ne cherche donc pas à comprendre et pense que celle-ci à du se cogner à un moment ou à un autre contre mon épaule ou celle de son père, puisque qu’avec ses reflux elle avait la facheuse tendance à rejeter la tête en arrière sans prévenir.

    Lors de sa visite des 2 mois, le pédiatre m’informe que ce n’est pas un bleu mais un hémangiome (voir plus bas) et qu’il faut surveiller son évolution mais qu’en général les angiomes disparaissent seuls après une phase de croissance. En effet, le « bleu » se voit de plus en plus et s’accompagne à présent d’une tache rouge (voir photo). En en discutant avec ma belle soeur, celle-ci me rassure en me disant que mon neveu en avait eu un petit et que celui-ci avait disparu tout seul vers ses 3 ans.

    angiome hemangiol bebe

    Cependant, lors de la visite des 4 mois, mon pédiatre nous invite à consulter une dermatologue à l’Hôpital de Chambéry pour que celle-ci nous donne son avis. RDV pris 1 semaine plus tard (Merci le pédiatre d’avoir pris RDV pour nous, sinon pas de créneaux avant Mai 2016). La dermatologue examine l’angiome de Mini-Nous et nous conseille de débuter avant ses 5 mois un traitement appelé Hémangiol. Outre l’aspect rouge peu esthétique (bon cela ne lui défigure pas le visage non plus), elle nous informe que l’hémangiome en grossissant pourra déformer le bout de son nez en appuyant sur le cartilage.

    Voici donc, comment le 06 Octobre dernier, nous attaquons le traitement Hémangiol, malgré ma réticente à donner des bêta-bloquants (initialement utilisés en cas d’hypertension) à un bébé, surtout avec un produit ayant obtenu son AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) que récemment (mai 2014). Avant de prendre une décision, j’ai cherché et recherché des infos et des témoignages sur ce produit. J’étais paniquée par les effets secondaires possibles : problèmes respiratoires, baisse du rythme cardiaque et à moindre mal hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang). C’est en regardant ici, sur 1 forum où certaines mamans partageaient leurs expériences que j’ai été quelque peu rassurée. C’est aussi cela qui m’a donné l’idée de partager à mon tour mon expérience et de recueillir les vôtres, afin d’aider d’autres parents.

    l

    Un hémangiome c’est quoi ?

    De façon globale, un angiome est une tache rouge, violacée, de taille et de forme variable causée par une anomalie vasculaire. Ces tumeurs, le plus souvent bénignes, sont très fréquentes chez les nourrissons (4 et 10% des nouveau nés). L’hémangiome apparait durant les 1ères semaines de vie (à la naissance la peau peut paraitre normale, comme pour Mini-Nous) et disparait seul dans 70% des cas chez les enfants agés de 7 ans.

    L’hémangiome se développe en 3 phases :
    Phase de croissance : L’hémangiome grossit assez rapidement pendant 6mois/1an
    Phase de stabilisation : Il ne se devellope plus. Cette phase dure quelques mois.
    Phase de régression : L’hémangiome régresse spontanément. Cette phase peut durer plusieurs années (de 12 mois jusqu’à 7 ans). Entre 10 et 12 ans, cette phase est toujours terminée. Au terme de celle-ci, l’hémangiome ne récidive jamais.

    Même si une grande majorité des Hémangiomes régressent seuls, certains cas sévères ou inesthétiques nécessitent un traitement systémique (via le sang), notamment grâce au médicament Hémangiol. C’est le cas :
    √ Des hémangiomes entrainant un risque vital ou fonctionnel (hémangiome vers l’oeil par exemple)
    √ Des hémangiomes douloureux et/ou ne répondant pas à des soins simples
    √ Des hémangiomes avec un risque de cicatrices permanentes ou de défiguration (cas de Mini-Nous)
    Le traitement doit être instauré chez les enfants âgés de 5 semaines à 5 mois

    l

    Médicament Hémangiol : C’est quoi ?

    Hémangiol est un médicament présenté sous forme de sirop à la fraise, utilisé dans le traitement des hémangiomes du nourrisson. Développé par les laboratoires Pierre Fabre, en collaboration avec le CHU de Bordeaux, sa découverte à été faite de façon fortuite. Les médecins du CHU de Bordeaux ont utilisé le propranolol, un bêta-bloquant normalement utilisé pour contrôler la tension artérielle, pour traiter un nourrisson présentant une souffrance myocardique mais également touché par un hémangiome. L’effet s’est révélé spectaculaire ! Après seulement quelques prises de propranolol, l’hémangiome du bébé s’était presque totalement résorbé.

    Une étude appelée HEMANGIOL, publiée en Octobre 2012, a mis en avant l’efficacité de ce bêta-bloquant dans le traitement des angiomes du nourrisson. Le traitement avec cette molécule a permis la guérison complète (ou quasi-complète) des hémangiomes d’une large majorité des 460 nourrissons ayant participé à l’étude, par rapport à l’effet placebo. Cette étude ayant permis de mettre en avant un bénéfice/risque positif, Hémangiol à ainsi pu obtenir une AMM (Autorisation de Mise sur la Marché). Avant, ce médicament n’avait qu’une ATU (Autorisation Temporaire d’Utilisation).

    Cependant, le principe actif d’Hémangiol, ici le propanolol, fait partie de la famille des bêta-bloquants, initialement utilisés contre l’hypertension et peut donc entrainer de nombreux effets indésirables non négligables.
    √ Baisse de la pression artérielle (bradychardie)
    √ Affections respiratoires basses (bronchiolites par exemple)
    Hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang. Pour éviter cela le médicament doit être donné pendant ou juste après un repas)

    mk

    Mise en place du traitement

    Pour toutes les raisons citées précédemment, la mise en place de ce traitement s’effectue en milieu hospitalier et nécessite une surveillance accrue de bébé. Les doses sont augmentées progressivement jusqu’à atteindre la dose dite thérapeutique. La dose initiale recommandée est de 1 mg/kg/jour, répartie en deux prises séparées de 0,5 mg/kg. Il est recommandé d’augmenter la dose de la manière suivante :
    √ 1 mg/kg/jour pendant 1 semaine,
    √ puis 2 mg/kg/jour pendant 1 semaine,
    √ puis 3 mg/kg/jour en dose thérapeutique.
    Cette dose de 3mg/kg/jour est administrée en 2 prises séparées. 1,5 mg/kg le matin et pareil en fin d’après-midi, avec un intervalle d’au moins 9 heures entre deux prises. Une fois la dose thérapeutique atteinte, il est nécessaire de consulter tous les mois un médecin afin que celui-ci ajuste la dose en fonction du poids de bébé. La durée minimum du traitement est de 6 mois.

    =

    Partage d’expérience

    06 Octobre 2015
    Pour Mini-Nous, lors de la mise en place du traitement Hémangiol, nous nous sommes donc rendus à l’hôpital de Chambéry (73). A notre arrivée, le médecin à effectué un examen clinique complet, avec mesure de la fréquence cardiaque, de la tension, auscultation cardiaque et pulmonaire. Attention, préparez vous mentalement, car même si vous savez que votre petit bout ne souffre pas, il est très difficile moralement de le voir branché à toutes ces machines. Une fois l’examen terminé, le médecin m’a demandé de lui donner un biberon afin que celle-ci ne soit pas à jeun lors de la prise pour éviter une éventuelle hypoglycémie.

    Après être restée sous surveillance pendant 2h à l’hôpital, suite à l’administration du médicament, nous avons pu rentrer à la maison. Mini-Nous avait l’air de bien supporter le traitement. Quoi que, je pense qu’elle ai fait une petite hypoglycémie après l’administration de la première dose. Elle avait quelques gouttes de sueurs sur le nez, et semblait avoir chaud malgré le fait d’être uniquement en bodie. J’en ai bien sûr parlé à l’équipe médicale qui m’a dit ne de pas m’inquiéter, que cela était normal puisqu’elle dormait contre moi et qu’il faisait vraiment chaud dans la pièce où nous étions. Lorsque je rentre à la maison, je la trouve toujours chaude et transpirante. Je prends donc sa température : RAS. Comme il est l’heure de manger, je lui donne son biberon et là les symptômes disparaissent. Quelques heures après, en relisant la documentation fournie par l’hôpital, je m’aperçois que la sueur peut être le signe d’une hypoglycémie. Et même si Mini-Nous avait mangé avant la 1ère dose, elle n’avait pris que 90ml comme son dernier biberon remontait à 2h30 seulement. Ceci explique peut être cela.

    16 Octobre 2015
    Aujourd’hui, de retour à l’hôpital pour augmenter la dose à 2mg/kg/jour. Comme la 1ère fois, Mini-Nous est placée sous surveillance avec monito. On me demande de la faire manger avant d’administrer la dose. Attention, bien penser le matin où la dose augmente, de ne pas donner Hémangiol. Après 2h, nous pouvons sortir et rentrer à la maison. Pour l’heure, pas d’effets indésirables ! Alléluia ! Pas de résultats visibles non plus, mais comme la dose thérapeutique n’est pas encore atteinte c’est normal. Pour être franche, j’ai vraiment hâte que ce traitement se termine, bon y’en a pour 6 mois minimum, car à chaque fois que je le lui donne Hémangiol, je m’inquiète et prie pour que tout se passe bien !

    23 Octobre 2015
    Aujourd’hui, dernier RDV à l’hôpital pour augmenter la dose et enfin atteindre celle dite thérapeutique (3mg/kg). Toujours pas d’effets secondaires. A présent, il y aura simplement un suivi mensuel, 1 fois avec le pédiatre, 1 fois avec la dermato pour ajuster la dose en fonction du poids de Mini-Nous ! Fini les surveillances à l’hopital ! Et cela n’est pas pour me déplaire !

    09 Novembre 2015
    Voilà, cela fait un petit peu plus d’un mois que nous avons commencé le traitement Hémangiol. Aucuns effets indésirables à noter. A mon grand soulagement, notre fille se porte comme un charme ! Concernant les premiers résultats, je suis partagée. Il y a des jours où je trouve que son hémangiome est moins rouge et d’autres où j’ai l’impression qu’il n’y a aucun changement. Bon nous en sommes qu’au début car il reste encore 5 mois de traitement, il faut que je sois patiente !

    24 décembre 2015
    Hello tous le monde ! Nous avions RDV aujourd’hui avec la dermatologue de l’hôpital de Chambéry pour faire un premier bilan après 2 mois de traitement. La dermato à dit que l’angiome sous cutané a diminué de 90% et devrait totalement disparaitre, donc pas de risque de déformation du cartilage ! Alléluia ! Concernant la rougeur au bout du nez, la dermato reste flou et dit qu’il faut encore attendre avant de se prononcer. Elle trouve aussi que la tache est moins rouge, mais ne sait pas si elle va totalement disparaisse. Si besoin du laser vasculaire sera à faire, mais quand ma fille sera plus grande ! Oui mais plus grande comment ? J’aimerais vraiment que cette rougeur disparaisse avant ces 3 ans et son entrée à l’école pour lui épargner les moqueries. Sinon nous avons du arrêter le traitement 10 jours car Mini-Nous à eu une bronchiolite asthmatiforme et a été sous ventoline ! Rien à signaler du coté de l’arrêt (bien que j’ai repris en douceur. Le premier jour j’ai donné des demi-doses pour ensuite revenir aux doses habituelles. A ce jour 11mg matin et 11mg soir pour un poids de 7kg500.

    18 Février 2016
    Aujourd’hui, RDV chez la dermato. A ce jour, Mini-Nous est à 12mg matin et 12mg soir pour un poids de 8kg100. Toujours pas d’effets indésirables. J’ai l’impression que la tâche rouge est devenue légèrement plus pâle, mais la dermato m’a confirmé que ma fille aura besoin de laser vasculaire 🙁 Et quand je lui demande à partir de quel âge, elle me dit dès qu’elle sera capable de rester immobile le temps des séances (10/15 min). Donc autant dire que cela sera difficile avant son entrée à l’école 🙁 Je suis un peu déçue. Sinon pour le traitement en lui-même, je revois la dermato le 24/04 pour arrêter le traitement après 6 mois.  1 mois après l’arrêt, nous ferons de nouveau le point, pour voir si l’angiome a grossit et si il est encore en phase de croissance. Si c’est le cas, on recommencera pour quelques mois Hemangiol. En tout cas je n’espère pas, car Mini-Nous commence à se lasser du goût de fraise du médicament et il devient de plus en plus difficile de lui le faire prendre. Puis moins elle prend de médicament, mieux c’est !

    hemangiol avant apres 4 mois traitement

    l

    24 Avril 2016
    Aujourd’hui, nous avions RDV avec la dermatologue de l’hôpital de Chambéry pour faire le point après 6 mois de traitement. Comme je le disais plus haut, je pensais vraiment arrêter le traitement aujourd’hui, d’autant plus que j’ai l’impression d’être arrivée au bout de son efficacité. Mais mauvaise nouvelle, la dermato veut continuer encore 1 mois le traitement car les hémangiomes sur le bout du nez ont tendance à récidiver avant 1 an. 🙁 Je dois dire que je suis super triste et déçu. J’en ai marre de gaver ma fille de médicaments. En plus, à présent, à chaque augmentation de dose, MiniNous refuse de manger pendant quelques jours et à du mal à s’endormir le soir. Heureusement, cela dure entre 3 et 5 jours et après plus rien. Et à la dernière augmentation, MiniNous s’est aussi réveillée en pleurs durant 2 nuits. Elle été paniquée. Cauchemars ? Je l’ai prise dans mes 5 bras minutes, le temps qu’elle se calme, puis je l’ai recouché dans son lit sans problème. Bref, même si Hémangiol est un très bon traitement avec de très bons résultats, vivement que cela soit dernière nous. Je me dis que le plus long est déjà fait.  Mi mai arrêt du traitement puis bilan en Août avec la dermato (sauf si je trouve que l’hémangiome regrossit, on se revoit plus tôt). Comme d’habitude, je vous tiens au courant. Belle journée à tous.

     31 Mai 2016
    Ca y est, ce soir est enfin le soir tant attendu … Nous venons de donner la dernière dose d’Hemangiol à MiniNous. On surveille que l’hemangiome ne regrossisse pas dans les semaines à venir et on fait le point avec la dermato en Aout. En tout cas, je ne regrette pas ce traitement car les résultats sont bien là. Il reste toujours une petite tâche rouge mais elle ne se voit presque plus, les gens ne la remarque plus (ou très rarement) et sur les photos bien souvent elle ne se voit plus ! Nous ferrons du laser le moment venu pour la faire totalement disparaitre, si elle ne disparait pas d’elle-même avec l’âge. Je reviens vers vous d’ici 2/3 mois pour refaire le point (le dernier j’espère) ! Enormes bisous. 😘

    30 Novembre 2016
    Cela fait à présent 6 mois que nous avons arrêté le traitement Hémangiol pour MiniNous. Nous avons eu un contrôle en Septembre dernier avec notre dermato de l’hôpital de Chambéry, pour voir si l’angiome avait regrossit après arrêt du traitement. Mais RAS. Tout va bien ! Les résultats sont vraiment probants et je ne regrette pas du tout ce traitement, même si j’ai beaucoup hésité au début. Il évitera bien des moqueries et des souffrances inutiles à ma fille plus tard. Les enfants sont tellement méchants entre eux.. Depuis l’arrêt du traitement, la légère tâche rose qui reste, disparait progressivement toute seule. Le laser sera probablement inutile. Nous allons donc laisser faire le temps et aviser lorsqu’elle aura 6/7 ans.. Pour vous montrer, je vous mets une petite photo de ma fille. Comme vous pouvez le voir son angiome sur le bout du nez ne se voit presque plus. Nous n’avons plus du tout de remarques à ce sujet ! En tout cas, merci du fond du coeur pour vos témoignages et commentaires, cela aident beaucoup de futurs parents à se rassurer et prendre une décision. Pour moi, c’est une page qui se tourne, mais n’hésitez pas à me contacter si vous en ressentez le besoin.. Enormes bisous à vous ! A bientôt. 😘

    capture-decran-2016-11-30-a-17-43-36

    N’hésitez pas à partager votre expérience et vos questions sur Hémangiol !
    Cela peut rassurer et aider de futurs parents à prendre leur décision !

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Au secours ! Bébé à un rhume ! Que faire ??

    Ce matin, en allant réveiller Mini-Nous pour le bibi de 7h, et la préparer avant d’aller chez nounou, je remarque que son petit nez à l’air encombré et bouché. Comme toute jeune maman en manque d’expérience, je me suis posée la question : Que faire ? Appeler le pédiatre ? Nettoyer son nez ? Oui mais comment ? Et avec quoi ? Alors si comme moi, vous avez besoin d’une petite mise à niveau en cas de petit rhume de bébé, cet article est pour vous …

    d

    Le rhume c’est quoi ?

    Il faut avant tout savoir que le rhume chez les nourrissons est très fréquent car leur système immunitaire est en plein développement et encore fragile. En moyenne, un enfant en bas âge fera huit rhumes par an. Vous n’êtes donc pas au bout de vos peines.

    Le rhume est une infection bégnine par un virus (les antibio sont donc inutiles) des voies respiratoires supérieures (nez, gorge), qui se transmet par contact physique (bisous, mains) ou simplement par une personne malade éternuant à proximité. C’est pourquoi il est important de se laver les mains fréquemment, de ne pas bisouiller votre bébé lorsque vous êtes malade et de ne surtout pas mettre sa sucette à la bouche, que ce soit pour la tenir ou pour la « nettoyer » lorsqu’elle est tombée par terre.

    Le 1er rhume de bébé peut paraitre impressionnant pour de jeunes parents car bébé renifle, tousse, est gêné et à même du mal à manger et à dormir, mais rassurez vous, il reste bien souvent bénin. Il faut cependant bien le soigner et consulter un pédiatre si celui-ci n’a pas évolué sous 4/5 jours car mal soigné il peut « descendre » et attendre les voies respiratoires inférieures comme les bronches ou les poumons, ou encore s’étendre sur la sphère ORL et provoquer une otite.

     

    Les symptômes

    Un bébé enrhumé pourra présenter les symptômes suivants :
    √ Nez bouché ou nez qui coule                               √  Yeux rouges
    √ Fièvre supérieure à 38°C                                     √  Bébé grognon/sommeil perturbé
    √ Eternuements                                                        √  Perte d’appétit (le nez bouché empêche de bien téter)
    √ Toux

    j

    Comment le soigner  ?

    Nettoyez le nez de bébé
    Pour déboucher le nez de bébé et lui permet de respirer correctement, mais aussi afin d’éviter toutes complications comme une otite, il est indispensable de nettoyer les fosses nasales de votre petit’bout 2 à 3 fois par jour. A pratiquer avant le repas ou le couché. Attention, avant 3 mois un bébé ne sait pas respirer par la bouche, d’où l’importance de nettoyer son nez.

    Pour procéder, expliquer à votre bébé ce que vous allez faire pour ne pas le surprendre car ce n’est pas agréable pour eux (mais je vous rassure ce n’est pas douloureux non plus).

    √ Allongez votre bébé sur le dos et maintenez sa tête sur le côté
    √ 
    Placez l’embout de la dosette de sérum physiologique à l’entrée de la narine supérieure par rapport à la position de votre bébé.
    √ 
    En appuyant fermement sur la dosette, introduisez la moitié son contenu dans la narine. Le sérum physiologique doit ressortir par l’autre narine avec les sécrétions nasales.
    √ 
    Attendez que votre bébé ait dégluti correctement et essuyez son nez à l’aide d’un coton/mouchoir jetable.
    √ 
    Répétez l’opération pour l’autre narine.

    Pour ma part j’ai utilisé au début du sérum phy « normal » puis j’ai trouvé en pharmacie du sérum phy Septinasal enrichie en thym et en cuivre reconnus pour leurs propriétés anti-bactériennes(Labo Gifrer  – 5€ environ les 20 unidoses). Au bout de 2 jours, a raison de 2 fois par jour, ma fille allait beaucoup mieux.

    Surélever son matelas

    Pour aider votre nourrisson à bien respirer, vous pouvez surélever son matelas en glissant dessous une serviette pliée.

    Aérer sa chambre

    Afin de faire place nette et d’élimer les microbes et virus, aérer la chambre de votre bébé au moins 10 minutes par jour. Attention ne pas utiliser de produit assainissant aux huiles essentielles car dangereux chez les tout petits.

    Traiter la fièvre

    Si votre bébé à une fièvre supérieure à 38,5°C, faite le boire afin de faire baisser la température et traiter celle-ci avec du paracétamol (doliprane). Retrouvez ici 11 astuces pour donner ses médicaments à bébé. Bien respecter un intervalle de 6h entre chaque prise et bien lire la notice pour donner la bonne dose/poids. Se débrouiller pour que la dernière dose de la journée tombe juste avant le couché.

    Hydrater bébé

    Le fait d’avoir le nez bouché, oblige bébé à respirer par la bouche. Comme vous avez du le remarquer, lorsque vous êtes vous même malade, cela assèche la gorge. Proposez donc régulièrement un peu d’eau à votre bébé.

    Si les symptômes persistent malgré ces quelques petits conseils, consulter votre pédiatre, surtout si la fièvre ne disparait pas par!s 48h, ou si celle-ci dépasse 39°C.

     

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment
    coliques, maux de ventre bébé, coliques nourrissons

    Coliques du Nourrisson : 11 Astuces pour les calmer …

    Comme tous les soirs à la même heure, bébé pleure, se tortille dans tous les sens, pli et dépli ses jambes, se cambre et reste inconsolable ? Le pédiatre vous a rassuré, tout va bien ? Pas de panique, votre petit ange semble souffrir des fameuses coliques du nourrisson.

    Incontournables durant les 3 premiers mois, les coliques du nourrisson touchent 20 à 30% des bébés et se caractérisent par des maux de ventre et des gaz douloureux. Elles disparaissent spontanément vers 3/4 mois, lorsque le système digestif de bébé est plus mature. Une étude de l’Université du Caire publiée dans la revue Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine affirmerai même que les coliques seraient dues à une bactérie appelée : Helicobacter Pylori (H.pylori) présente dans la paroi de l’estomac. Avant 3 mois, les défenses immunitaires des tout petits seraient trop immatures et donc incapables de freiner la virulence de cette bactérie. A contrario, une flore gastro-intestinale mature serait capable de moduler la réponse immunitaire provoquée par la bactérie et ainsi soulager les symptômes.

    Pour affirmer que votre bébé souffre de coliques, il faut appliquer la « règle des 3 ». Bébé pleure plus de 3h par jour, plus de 3 fois par semaine, pendant au moins 3 semaines. Vous pouvez également deviner que votre bébé est victime de coliques en l’observant. Il repli ses jambes contre son ventre, vous remarquez une certaine raideur au niveau de ses muscles de l’abdomen. Véritables épreuves pour les parents, mais aussi pour nos bout’choux qui souffrent énormément, voici 11 solutions pour apaiser bébé

    f

    Procurer une ambiance relaxante & rassurante à bébé

    Lors de ses crises de coliques, les maux de ventre de votre bébé sont souvent violents et très douloureux. Comme pour nous les adultes, lorsque nous ne sommes pas bien, une atmosphère calme et relaxante nous aide à surmonter la douleur. Il en est de même pour nos bout’choux.
    Sachez également rester calme face aux pleures inconsolables de bébé. En véritable « éponge » votre bébé ressent toutes vos émotions, notamment votre stress, ce qui ne fait que redoubler ses pleures. Bienvenue dans une spirale infernale. Pour les parents qui le souhaitent, vous pouvez donner une sucette à votre bébé, la succion lui procurant réconfort et apaisement.

     d

    Calmosine : Boisson digestive BIO

    Pour soulager votre petit amour, vous pouvez essayer Calmosine : Une boisson digestive à base de plantes BIO comme le fenouil, le tilleul ou encore la fleur d’oranger. A prendre avant chaque biberon, ce sirop a aidé Mini-Nous, durant ces quelques semaines difficiles. Les crises de coliques étaient toujours présentes, mais j’avais l’impression qu’elles étaient moins douloureuses et surtout moins longues. Aux alentours de 10€ le flacon en pharmacie, celui-ci se conserve au frigo pendant 10 jours. Au rythme de 5ml, 5 à 6 fois par jour, le flacon descente vite. Il existe aussi une version « stick » bien pratique lors des déplacements.

    g

    L’eau de chaux

    L’eau de chaux, solution riche en calcium que l’on retrouve en pharmacie, aurait des vertus calmantes au niveau digestif. A prendre avant le repas, elle absorberait les gaz et neutraliserait l’acidité des remontées gastriques. C’est une solution que je n’ai pas testé contre les coliques de ma fille, je n’ai donc aucune idée de son efficacité. Mais si certaines mamans, ou certains papas, ont déjà testé, j’aimerais réellement avoir leur opinion sur le sujet.

     

    Les Pro-Biotiques :
    BIO-GAIA ou ERGYPHILUS de Nutergia ou LACTIBIANE de Pilèje

    Une équipe de l’Université de Bari en Italie a réparti en 2 groupes 554 nouveaux-nés de moins d’un mois. La moitié a reçu chaque jour pendant 90 jours 5 gouttes du probiotique Lactobacillus reuteri et l’autre moitié des nourrissons des gouttes placebo. Dans chacun des groupes figuraient des enfants allaités et d’autres nourris au biberon. A la demande des chercheurs, leurs parents, qui ignoraient si leur enfant recevait le probiotique ou le placebo, devaient consigner quotidiennement dans un cahier le nombre de régurgitations, le nombre de selles, la durée des pleurs inconsolables et le nombre de visites chez le pédiatre.

    En comparant les cahiers au bout de 3 mois, il apparaît que le nombre de régurgitations est de 2,9 par jour pour les bébés qui prennent le probiotique contre 4,6 pour ceux qui reçoivent le placebo. Le nombre de selles quotidiennes est augmenté par la prise de Lactobacillus reuteri (4,2 par jour contre 3,6 dans le groupe placebo) et la durée des pleurs inconsolables passe de 71 minutes par jour à 38 pour ceux qui prennent les gouttes de probiotiques. Une solution qui semble donc efficace.

    De notre coté, nous avons testé Bio-Gaia. Je ne peux pas vous dire si cela a vraiment changé quelques choses pour Mini-Nous, puisque c’est un « traitement de fond », mais en tous cas ça ne fait pas de mal d’essayer.

    d

    Laits Anti-Coliques

    Depuis quelques années, il est possible de trouver sur le marché des laits infantiles, des laits dits anti-coliques. Sont-ils vraiment efficaces ? Que contiennent t’ils ? Apparemment, ils auraient une teneur réduite en lactose, sans réduire la teneur en glucide (source d’énergie pour le nourrisson), ce qui permettrai de diminuer l’apport en sucres fermentables pouvant être à l’origine des maux de ventre
    de bébé. C’est en tous cas l’explication proposée par la marque Novalac (en pharmacie) pour mettre en avant son produit.

    d

    Les biberons anti-coliques

    On peut retrouver dans la pléthore des biberons de bébés, certains dits anti-coliques, spécialement conçus pour calmer les maux de ventre de bébé. Ils sont équipés d’une valve anti-coliques afin de permettre, contrairement aux biberons classiques, une bonne circulation de l’air à l’intérieur et un écoulement lent et régulier du lait. De cette manière, bébé avale beaucoup moins d’air, ce qui facilite sa digestion. Résultat : ses coliques s’apaisent naturellement. Pour Mini-Nous, notre choix s’est porté sur la marque MAM avec ses biberons qui se « démontent » de A à Z, ultra pratique pour le nettoyage.

    d

    Les positions anti-coliques

    En cas de crises, pour apaiser bébé, certaines positions donnent de bons résultats et aident à évacuer les gaz. Nous avons testé les 3 positions ci dessous pour Mini-Nous, et elles nous ont sauvé la vie à plusieurs reprises.

    Position du Budha
    Positionner le dos de votre bébé sur votre ventre et sa tête au niveau de votre poitrine. Avec vos 2 mains, attraper ses jambes et les recroqueviller sur son ventre.

    Sur le bras
    Mettre bébé sur votre avant bras. Son ventre dans la paume de votre main, et sa tête au niveau de l’intérieur de votre coude. Avec un peu de chance, bébé s’endormira. Mais attention prévoyez un lange ou un bavoir car votre bras risque d’être inondé de bave !!

    Position du moulin
    Allonger bébé sur le dos. Croiser ses jambes au niveau des chevilles. Remonter ses jambes sur son ventre et faire des rotations (effets de moulin) dans le sens des aiguilles d’une montre pour évacuer les gaz douloureux. Vous pouvez aussi simplement plier, déplier ses jambes sur son ventre, sans faire de rotations.

     

    Les massages anti-coliques

    J’avais pris l’habitude 1h avant les périodes de crises de Mini-Nous (elles survenaient souvent le soir à partir de 18h/18h30) de procéder à un massage (voir la vidéo ici) de son petit bidou afin d’évacuer un maximum de gaz. Cette technique nous a permis d’éviter quelques crises, ou au moins d’en raccourcir la durée. Attention cependant à ne pas pratiquer ces massages après le biberon. Attendre 30 à 45 minutes pour laisser le temps à bébé de digérer.

     

    Chauffer le ventre de bébé

    Pour calmer les coliques de votre bébé, vous pouvez « chauffer » son petit ventre en frottant celui-ci à travers le body, avec le plat de votre main. Vous pouvez également utiliser une bouillotte en graines de blé à réchauffer au micro-ondes. Attention de ne pas brûler bébé et de bien mettre la bouillotte par dessus les vêtements.

    d

    L’Ostéopathie

    La grossesse et l’accouchement sont des contextes difficiles pour le nouveau-né qui est soumis à différentes tensions pouvant causer des blocages au niveau des os, du crâne, du thorax, du basin et surtout au niveau des organes qui se situent et s’attachent dans ces structures. L’ostéopathie ne se supplée en rien à la médecine traditionnelle. Les manipulations effectuées sur le nourrisson sont très spécifiques et servent à identifier les tensions localisées dans les organes du système digestif. L’ostéopathe évalue aussi avec précision le trajet des nerfs qui alimentent les organes du système digestif. Ceux-ci doivent être libres de tension afin que les organes fonctionnent normalement. Certains de ces nerfs sont situés à la base du crâne du bébé et peuvent avoir été légèrement sous tension lors de l’accouchement et doivent être relâchés. D’autres nerfs se trouvent dans la colonne vertébrale et le basin et peuvent aussi souffrir des tensions accumulées dans l’utérus avant la naissance.

    De notre coté, nous avons emmené Mini-Nous 3 fois chez l’ostéopathe depuis sa naissance, concernant divers problèmes : Torticolis positionnel dans mon utérus ayant entrainé une plagio-céphalie (légère déformation de l’arrière du crâne), RGO et bien évidemment pour lutter contre les coliques. Mini-Nous à fait sa première séance à 3 semaines, la 2eme à 2 mois et la dernière, très récemment à 3mois 1/2. Lors de la 2eme séance, les résultats ont été spectaculaires (mais de courte durée = 3 semaines), notamment concernant les reflux et le RGO. Je vous invite donc vivement à consulter un BON ostéopathe près de chez vous. Vous pouvez trouver plus de renseignements ici.
    A noter que certaines mutuelles, en fonction de votre contrat, prennent en charge une partie de la consultation.

    l

    Homéopathie

    Il est possible de soulager bébé et ses coliques grâce à l’homéopathie. Composés majoritairement d’extraits de plantes utilisés à des doses infinitésimales, l’homéopathie ne représente aucun danger pour bébé. Pour administrer celle-ci aux nouveaux nées, faire fondre les petites billes dans un peu d’eau. Attention, donner l’homéopathie à distance des repas (30 minutes avant ou après).

    Contre les coliques, vous pouvez essayer le protocole suivant (ou consulter un homéopathe qui saura adapter le traitement en fonction des besoins de votre bébé).
    Colocynthis 9 CH : 5 granules, 3 fois par jour. Traitement de base des coliques du nourrisson.
    Lycopodium clavatum 5 CH : 5 granules, 3 fois par jour chez les bébés ayant beaucoup de gaz.
    Cuprum metallicum 9 CH : 5 granules, 3 fois par jour en présence de hoquet après chaque repas.

    k

    Témoignez !
    Votre petit bout à t’il souffert de coliques ? Comment avez vous surmonté cette période ?
    Quelles étaient vos astuces pour soulager bébé ?

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    « Vivre » avec un bébé RGO … Notre expérience.

    Alors que Mini-Nous avait 3 semaines, nous avions pris l’habitude avec Mr Papa, de surnommer notre fille « ronchonnette » ou encore « petit diable » car Mini-Nous pleurait beaucoup, pour ne pas dire énormément et rien ne la consolait à part nos bras. Lorsqu’elle réussissait enfin à s’endormir sur nous (de jour comme de nuit), il nous était impossible de la poser dans son lit. Elle se réveillait en hurlant et c’était repartis pour un tour. Bien évidemment, l’avoir dans nos bras ne suffisait pas. Il fallait sans cesse marcher. Voila comment je me suis retrouvée durant de nombreuses nuits, jusqu’à 1h du matin à faire le tour de la table à manger. Au début, nous avons pensé aux besoins d’être rassurée car après 9 mois dans mon ventre il fallait à Mini-Nous un temps d’adaptation. Nous avons aussi évoqué les pleures de décharges (article à venir) et bien évidemment les fameuses coliques du nourrissons (lire l’article), pour lesquelles nous avons acheté en pharmacie du bio-gaia, probiotiques ayant pour but de renforcer la flore intestinale. Nous avons également testé « Calmosine », une boisson digestive à base de plantes comme le fenouil, et la fleur d’oranger à prendre avant chaque repas. Rien n’y faisais …

    A cours d’idées et à force d’épuisement, j’ai commencé à naviguer sur internet et notamment sur les forums pour me rassurer en me disant que c’était « normal » et que cela allait passer avec le temps. Jusqu’au jour où je suis tombée sur le témoignage d’une maman qui avait vécu la même chose et à laquelle on avait finalement diagnostiqué un RGO à son petit gars. Ni une, ni deux, je me renseigne sur le sujet, et j’ai la puce à l’oreille. Ma fille à de nombreux « symptômes » de cette pathologie (voir plus loin).  3 jours après, lors de la visite des 1 mois, le pédiatre confirme mes soupçons. Le verdict tombe : Ma fille est un bébé RGO

     

    RGO pour Reflux-Gastro-Oesophagien : Bien plus qu’un simple rejet

    Le Reflux-Gastro-Oesophagien c’est la remontée du contenu de l’estomac dans l’oesophage, provoquant régurgitations douloureuses et vomissements. A ne pas confondre avec les petites régurgitations post-biberons considérées comme normales. Le bébé évacuant le trop-plein. Le RGO est surtout caractérisé par des reflux douloureux et éloignés du repas (2h30/3h après pour Mini-Nous). Il est principalement dû à l’immaturité du cardia (aussi appelé SIO), muscle qui referme l’orifice entre l’estomac et l’oesophage. Lorsque la pression dans l’estomac est trop forte, il s’ouvre, et laisse le contenu de l’estomac remonter.

    rgo-reflux-gastro-oesophagien-bebe

    Le RGO peut aussi être lié à une intolérance ou à une allergie aux proteines de lait de vache ou au lactose. Souvent, il se transforme en oesophagite, brûlure de l’oesophage et de la gorge liée à l’acidité des régurgitations. Cela a été le cas pour Mini-Nous à 2 reprises (voir notre expérience plus bas). Le RGO est très fréquent chez les nourrissons en raison de leur alimentation exclusivement liquide (qui remonte donc plus facilement), mais aussi parce-qu’ils ne tiennent pas encore la position verticale.

    j

    Les Symptômes du RGO

    √ Bébé qui ne supporte pas la position allongée et ne dort bien qu’à la verticale sur maman/papa.
    √ Bébé qui se réveille en hurlant sans raisons apparentes.
    √ Bébé qui mâchonne comme un chewing-gum.
    √ Bébé qui sort et rentre sa langue comme un serpent.
    √ Régurgitations douloureuses et éloignées des repas.
    √ Sensation que bébé « ravale » entre les repas.
    √ Rots tardifs, douloureux et souvent coincés.
    √ Mauvaise haleine (fétide et acide).
    √ Bébé qui se tortille arrivé à la moitié des biberons et refuse de manger.
    √ Bébé qui perd éventuellement du poids.
    √ Horaires des repas anarchiques, ou qui se désorganisent.
    √ Bébé qui rejette la tête en arrière.
    √ Hyper-extension de la tête à droite (éventuel torticolis).
    √ Bébé qui « ronfle » et à le nez pris.
    √ Bébé enroué (cause oesophagite).
    √ Bébé qui dort peu ou par « morceaux » de 30 à 45 minutes maximum.
    √ Rhino ou otites à répétitions (les reflux pouvant être ravalés de travers et toucher l’arbre ORL).
    √ Défécation difficile, besoin de pousser malgré des selles molles (pseudo-constipations).

     

    Comment soulager le RGO.

    Pour soulager un bébé RGO, il faut avant tout imaginer que votre bébé est une bouteille d’eau sans bouchon et ainsi mettre en place quelques astuces de vie.
    √ Changer la couche AVANT le repas afin d’éviter de « brasser » bébé après.
    √ Laisser bébé à la verticale dans son transat 20 minutes après le repas pour l’aider à digérer.
    √ Espacer les repas de 2h mini (au sein) et de 3h au bib afin que bébé ai le temps de bien digérer.
    √ Attention à la couche et aux vêtements trop serrés qui compressent l’abdomen.
    √ Faire boire bébé doucement (voir pour diminuer le débit de la tétine).
    √ Faire faire un rot au milieu du biberon. Attention à ce que bébé ne s’énerve pas et ne boive pas trop vite après.
    √ Ne pas oublier les rots de la fin.
    √ Même pour les bébé allaités essayer de faire faire un rot.
    √ Donner à manger à bébé en position semi-assise.
    √ Coucher bébé sur le dos et incliner son matelas de 30 à 45°.
    √ Se tourner vers les laits épaissis dit AR (plus lourds donc plus difficile à remonter). Toujours demander l’avis d’un pédiatre avant de changer de lait.
    √ Vous pouvez également épaissir le lait vous-même, avec par exemple du Gumilk ou du Gelopectose.

    Dans les cas les plus importants un traitement médicamenteux, type Gaviscon ou Inexium peut-être envisagé. A noter que le reflux s’atténue avec la diversification alimentaire, et disparaît au moment de l’acquisition de la marche.

    k

    Notre parcours avec un bébé RGO

    En première intention, le pédiatre lui prescrit du gaviscon, 1ml AVANT les tétées. Véritable pansement gastrique, le gaviscon à pour effet de former un « bocal » au dessus du lait dans l’estomac afin d’éviter que celui-ci remonte, et forme un film protecteur au niveau de l’oesophage pour éviter les irritations causées par les remontées. Il me conseille également de bien continuer l’allaitement et de ne pas la sevrer immédiatement car le lait maternel est plus digeste, moins acide que le lait artificiel et aurait même un pouvoir cicatrisant. Après 1 semaine de traitement, je retourne voir le pédiatre car le résultat est plus que moyen, ma fille régurgite toujours loin des biberons et commence à avoir la voie enrouée. De plus le gaviscon la constipe.

    Le pédiatre me dit que le RGO de ma fille c’est transformé en oesophagite d’où la voie enrouée. A cause de l’acidité des régurgitations son oesophage est irrité et brûlé. Ma pauvre puce 🙁    Il prescrit donc à Mini-Nous de l’Inexium (5mg 1 fois par jour), un médicament ayant pour but de faire baisser l’acidité gastrique afin que les remontées brûlent moins. Il me dit aussi de continuer le gaviscon pour tapisser la paroi de l’oesophage afin que celui ci puisse cicatriser mais de réduire la dose à 0.5ml. Il me prescrit également du débridat contre la constipation. Autant vous dire que le « coup du débridat » je l’ai encore en travers de la gorge (surtout que cela n’a pas été efficace). Prescrire un 2ème médicament pour contrebalancer les effets secondaires du 1er … Pas cool

    Après 1 semaine, ma fille est toujours très constipée et régurgite à nouveau beaucoup, la dose de gaviscon ayant été réduite. Je decide donc d’arrêter le débridat qui n’a aucun effet et d’aller en pharmacie acheter du Polysilane. C’est un gel oral rose à la fraise qui a le même effet que le gaviscon mais qui est connu pour ne pas constiper les bébés. De plus, le gaviscon à un goût horrible et dur dur de le faire prendre à Mini-Nous, qui le recrache (petite astuce quand même : le donner dans la tétine du biberon). Après 1 semaine, toujours pas de changement. Mini-Nous régurgite et est toujours constipée. Je suis obligée de lui mettre un suppo à la glycérine tous les 3 jours tellement elle se tortille et à mal au ventre. Ce n’est pas une solution mais au moins cela la soulage.

    Après 15 jours d’Inexium et de gaviscon/polysilane pour tapisser la paroie oesophagienne, je me dis que son oesphage doit avoir cicatrisé.  Je décide donc de continuer Inexium mais d’arrêter polysilane et gaviscon. Je stoppe aussi progressivement l’allaitement car la reprise du travail approche. Je prends en 1er lait le Novalac Relia pour le sevrage et lors de la visite des 2 mois je refais le point avec le pédiatre, où plutot sa remplaçante, ce qui me permet d’avoir un avis neuf sur la situation. Je lui parle de mon envie de passer ma fille au lait Novalac AR Digest, un lait epaissis à l’amidon et à la caroube (qui favorise le transit). Après validation de sa part, je fait progressivement le changement de lait. J’ai également rdv chez l’ostéopathe le même jour. Et la c’est une révélation. Je ne sais pas si c’est lié au lait ou à l’ostéopathe, mais ma fille ne régurgite presque plus, dors paisiblement et s’endort même comme une grande dans son lit. 15 jours de pur bonheur !

    Avec la caroube contenue dans le lait ses selles redeviennent normales. Plus fréquentes et liquides qu’avant mais rien d’anormal, jusqu’au jour où je tire la sonnette d’alarme et appel le pédiatre. Ma fille à fait 10 selles liquides dans la journée. Verdict => Gastro.  Mini-Nous doit alors prendre pendant 15 jours du lait sans lactose et sans protéines de lait de vache et passe donc sous Modillac AR Riz.  Ce lait nous permet aussi de vérifier si il y a une allergie au lait de vache. Mais c’est encore pire qu’avant. Elle qui à présent dormait bien et qui faisait ses nuits, c’est mise à régurgiter ++, à avoir des coliques ++ et à dormir – –  . Après 1 semaine sous Modillac AR Riz, ses selles allant mieux nous repassons au Novalac Ar Digest (après accord du pédiatre).  Ma fille régurgite toujours beaucoup, ne dort toujours pas mieux et les symptômes du RGO sont de retour. Le pédiatre nous dit que c’est normal, qu’il faut augmenter la dose d’inexium à 6mg car Mini-Nous à grossie (dose mini = 1mg/kg & dose maxi = 2mg/kg).

    1 semaine après, les changements sont légers et je trouve que ma fille mange moins (je met cela sur le coup des fortes chaleurs qui sont de retour). Jusqu’au jour où elle commence à se tortiller sur son biberon et à pleurer lorsqu’elle boit. Elle refuse de manger tellement elle a mal. Evidemment cela tombe un samedi soir, donc direction les urgences pour être sûr qu’il n’y ai pas autre chose. Verdict => 2eme oesophagite. Nous recommençons donc le gaviscon (2ml avant le biberon) et augmentons à 10mg la dose d’Inexium répartie en 2 prises. 1 matin, 1 soir pour obtenir une réelle efficacité sur 24h.

    A l’heure actuelle, avec son lait épaissi, l’Inexium en 2 prises, le Gaviscon (qui ne la constipe pas grâce à la caroube contenue dans son lait) et avec quelques méthodes de vie, ma fille va mieux. Il y a bien évidemment des hauts et des bas, mais dans l’ensemble ça va beaucoup mieux. Elle pleure moins, dort mieux, arrive à faire des siestes de 2h/3h l’après midi et sourit plus ! Mais son RGO n’ira réellement mieux que lorsque qu’elle tiendra assise et quand elle acquierera la marche. Pour certains bébés, la diversification alimentaire améliore les choses. Je croise donc les doigts pour que ce soit le cas de Mini-Nous.

    Sachez qu’entendre bébé pleurer H24 est épuisant. Alors, avant de faire une bétise et si les pleures deviennent trop dur à supporter, ne pas hésiter à faire appel à quelqu’un pour passer le relais et aller décompresser. Si personnes n’est dispo, poser bébé dans son lit en sécurité, fermer la porte et aller dans une autre pièce où les pleures seront atténués afin de « reprendre ses esprits » et faire « baisser la pression« . Il y a encore trop de bébés secoués !

    j

    EDIT du 03 Mars 2016 (MiniNous à 9 mois)
    En commentaire, ou par mail, on me demande souvent comment à évolué le RGO de ma fille. J’ai donc décidé de mettre à jour mon article et de vous en parler ici.

    Tout d’abord, nous avons vu un réel mieux vers ses 6 mois, lorsque ma fille à commencé la diversification alimentaire et qu’elle à pu s’assoir dans sa chaise haute (Test de la Zaaz de Nuna). Les régurgitations étaient de moins en moins nombreuses jusqu’à totalement disparaitre vers 7 mois, même après ses biberons du matin et du soir. Nous avons pris l’habitude, après chaque repas, de la laisser 15/20 minutes dans sa chaise haute pour lui laisser le temps de digérer. Souvent un deuxième petit rot sort au bout de 10 minutes, mais il ne semble pas la gêner.

    S’il n’y a plus de régurgitations à proprement parler, Mini-Nous à 9 mois, est toujours sous Inexium, mais nous avons récemment réduit la dose, passant de 2 x 7mg par jour à une unique prise de 7mg le soir. Nous faisons toujours attention aux aliments acides, comme la tomate, mais il y a un VRAI mieux et elle ne semble plus souffrir. Nous allons continuer à diminuer progressivement la dose d’Inexium, en espérant la supprimer totalement pour ses 1 an. Nous continuons cependant à lui donner son lait AR Digest de Novalac.

    Voilà pour les petites news. Bon courage à tous ceux et celles qui sont encore en pleins bébé RGO. Promis les choses vont en s’arrangeant avec le temps et on oublie ces moments difficiles ! A présent, ils me semblent loin ! A très vite !

    rgo bebe

    EDIT du 02 Avril 2016 (MiniNous à 10 mois)
    Il y a une semaine, nous avons oublié de donner à Mini-Nous sa dose d’Inexium. Nous nous sommes aperçu de notre oublie le lendemain en fin de journée seulement. Cela faisait donc quasiment 48h que Mini-Nous n’avait pas eu son traitement et elle n’avait pas l’air de souffrir. Nous avons donc décidé de stopper son traitement et de voir comment cela évoluerait ! Et je suis super heureuse de vous annoncer, que depuis 1 semaine, tout va bien ! 🙂 Après 9 mois de traitement, je peux envie dire adieu Inexium et adieu RGO !!!!! Pour l’instant, je laisse Mini-Nous avec son lait Novalac AR Digest, puisqu’il lui convient très bien, mais je pense passer à un lait N°3 normal vers ses 1 an (dans 2 mois donc).

    Voilà, je suis super soulagée, que ce put*** de RGO soit derrière nous et j’espère qu’il en sera de même pour vos loulous très rapidement. Je sais que c’est dur sur le moment, mais sachez que le temps fait bien les choses. Plus bébé grandit, tiens assis, puis debout, plus le RGO s’améliore et tend à disparaitre. Alors ne désespérez pas et continuez de me donnez de vos nouvelles et celles de vos pti’bout ! Enormes bisous.

    k

    Témoignez !
    Votre bébé à t’il souffert de RGO ?
    Comment celui-ci à t’il évolué ? Comment avez vous vécu cette période ?

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment

    Alerte canicule : Comment protéger bébé par cette chaleur ?

    Depuis plusieurs jours, c’est une véritable vague de chaleur qui s’abat sur la France. Dans certaines régions les températures avoisinent les 40°C et le plan canicule à été lancé. Si nous avons du mal à supporter la chaleur, il en est de même pour nos petits bouts. Les bébés font parti des populations à risque lors des fortes chaleurs, du fait qu’ils ne savent pas encore réguler leur température corporelle. Alors voici quelques conseils pour les protéger. Et n’hésitez pas à partager cet article avec vos copains-parents !

    l

    Comment protéger bébé de la chaleur ??

    1er règle, qui relève du bon sens. Hydrater bébé en le faisant boire. Les bébés ne savent pas réclamer lorsqu’ils ont soif. Il faut donc leur proposer régulièrement de l’eau et pourquoi pas y ajouter un soluté désaltérant (type babysoif).

    Pour les mamans qui, comme moi, allaitent, proposer le sein plus souvent. A savoir que le lait de début de tété est plus désaltérant que l’eau.

    Faire attention aux bébés qui souffrent de diarrhées ou de vomissements, puisqu’ils perdent encore plus de liquides (eaux et donc sels minéraux) et sont encore plus sensibles à la déshydratation.

    A contrario, ne pas donner à boire de façon excessive, pour ne pas remplir son estomac et lui couper la faim. Il faut trouver le juste milieu. Pas facile me direz vous !

    Ne pas hésitez pas brumiser bébé pour le rafraichir. Attention, il est déconseillé de mettre le brumisateur au frigo car l’eau trop froide, provoque une vasoconstriction (fermeture) des petits vaisseaux qui empêchera bébé de transpirer, et donc de réguler sa température.

    Vous pouvez aussi lui prendre un bain, sans forcément le savonner (il est recommandé de savonner bébé 1 jour sur 2 pour ne pas abimer sa peau encore fragile). Vous pouvez faire un bain à 35/36°C au lieu des 37°C recommandé, afin que cela soit plus agréable. Attention cependant à ne pas descendre plus bas pour éviter tout choc thermique. De plus, si le bain de bébé est trop froid, il transpirera encore plus après celui-ci.

    Bien évidemment éviter de sortir aux heures les plus chaudes (12h et 16h). Chez vous n’hésitez pas à laisser bébé en couche. Lorsque vous sortez un simple body manche courte suffit. Le choisir de préférence de couleur claire et en coton afin de limiter la transpiration. Bien pensez au chapeau et aux lunettes de soleil suivant l’âge de bébé. Pensez également que les landaux et cosy tiennent chaud et empêche l’air de circuler. Retirez le « tablier » du landau et ne pas hésitez à abaisser la « capote » du cosy lorsque cela est possible.

    Attention aussi au changement brutal de température. Je pense notamment à la climatisation des magasins. Prévoir le cas échéant un simple lange afin de couvrir bébé pour que celui-ci n’attrape pas froid (avec la transpiration un coup de froid est vite arrivé).

    Pour rafraîchir les pièces de la maison, pensez à fermer les volets des fenêtres qui sont exposées au soleil. Pour ceux qui possèdent une climatisation, la mettre en route lorsque bébé n’est pas dans la pièce, et faire abaisser le température de 4 ou 5°C maximum pour éviter les chocs thermiques. Attention la clim assèche l’air.

    Pour cela, lui préférer le ventilateur, qu’on ne dirigera pas directement sur bébé. Même si le ventilateur souffle de l’air chaud, il a l’avantage de brasser l’air. Petite astuce : Mettre un linge mouillé devant le ventilateur afin de faire baisser la température de la pièce de quelques degrès.

    Ne pas se fier à la température des mains et des pieds de bébé qui sont toujours froids. Pour savoir si bébé à chaud, toucher lui simplement le ventre ou la tête.

    g

    Comment reconnaitre les 1ers signes de déshydratation ??

    Pour savoir si bébé est déshydraté, il suffit de regarder ses couches. Si bébé mouille bien celles-ci (5 à 6 par jour minimum), c’est qu’il est suffisamment hydraté. A l’inverse des urines peu fréquentes (moins de 1 toutes les 6h) doivent alerter. De plus si l’enfant semble trop endormi (attention la chaleur à quand même tendance à accentuer la fatigue de bébé sans que cela soit anormale), si bébé à l’air groggy, ou si ses yeux sont secs (pleure sans larmes par exemple) il faut vite consulter.

    Et vous avez vous d’autres astuces/conseils à partager pour aider bébé à passer un été sans coup de chaud ??

    Si vous aimez, partagez !
    Leave a comment