Qui m’aime me suive !

Diversification Alimentaire de bébé : Tout ce qu’il faut savoir !

Ca y est ! C’est arrivé beaucoup plus vite que je le pensais ! Lorsque je faisais ma liste de naissance, une amie (au passage bisous coco) m’a dit : mets des petites cuillères ou un coffret 1er repas sur ta liste ! Tu verras les gens adorent offrir cela ! Je me revois encore lui répondre : Ba non y’a tout le temps, pas besoin ! Et têtue comme pas deux, je suis restée sur ma lancée et n’en ai pas mis sur ma liste !

Mais voila, Mini-Nous à 5 mois, où devrais-je dire DEJA 5 mois ! Je n’ai pas vu le temps passer et l’heure de la diversification alimentaire à sonné ! Paf ! 1er coup de vieux !

En tant que jeune maman inexpérimentée, je me suis posée tout un tas de questions : Quand commencer la diversification ? Quels fruits/légumes/viandes donner à Mini-Nous ? Dans quel ordre et comment les introduire ? Autant de questions auxquelles je vais tenter de répondre. Vous trouverez dans cet article toutes les étapes, conseils et autres astuces que j’ai pu glaner au fil de mes recherches, mais surtout les précieux conseils de mon pédiatre.

h

Durant le 1er semestre, l’alimentation de bébé à été exclusivement lactée et le lait reste l’aliment privilégié de toute la 1ère année. Mais à partir de 4/6 mois (recommandé à 5 mois par mon pédiatre) l’alimentation de l’enfant peut commercer à être élargie. Etape importante du développement de bébé, une diversification alimentaire réussie s’effectue progressivement, au rythme de l’enfant. Pour lui assurer une bonne santé et former/éduquer son goût, il est important de respecter certaines règles.

Faites découvrir à bébé la texture de ses plats petit à petit , suivant ses progrès. D’abord les aliments lisses sans grumeaux, puis lorsqu’il grandira : moulinés, avec de petits morceaux fondants puis avec de vrais morceaux. Chaque enfant à son propre rythme.

Très rapidement il sera sensible, comme vous, à la présentation de ses repas. Ne mélangez pas les aliments. Pensez aux couleurs, aux formes. Présentez lui des petits tas différents pour qu’il apprenne à différencier les saveurs.

Si votre enfant ne veut pas d’un aliment, ne le forcez surtout pas à manger. Cela ne servirait qu’à créer des blocages ou des dégoûts. Mais n’hésitez pas à lui proposer à nouveau cet aliment quelques jours plus tard. S’il refuse définitivement celui-ci, proposez-lui le même mais sous une forme différente (un velouté plutôt qu’une purée). Vous pourrez ainsi vous rendre compte si bébé n’aime pas le goût ou juste la texture de cet aliment.

Pensez à son avenir et éviter de lui donner trop de sel. Au début ne pas saler vos purées. Lorsque bébé grandira une petite pincée suffira. Ne pas re-saler les petits pots industriels.

La diversification alimentaire commence par l’introduction des légumes au repas de midi puis 15 jours après par l’introduction des fruits au goûter. L’introduction des légumes peut se faire dans le biberon de lait ou de préférence à la petite cuillère (cuillère souple en silicone adaptée à bébé)

Les quantités doivent être augmentées progressivement, en commençant toujours par 2 ou 3 cuillères. Le biberon de lait reste indispensable. Au bout de 3/4 semaines, votre petit loup mangera un pot complet de 100 à 130gr et le biberon de lait du midi aura disparu.

N’introduisez qu’un seul aliment à la fois, et toujours le même durant 2/3 jours afin de laisser à bébé le temps d’apprécier son goût. De plus, donner les aliments de façon isolée au début, permet d’attribuer aisément les signes d’allergie ou intolérance à un aliment en particulier.

Lors de l’introduction des légumes commencer par : [column col= »1/2″]√ les haricots verts
√ les courgettes (sans peau, ni pépins)
√ Potiron
√ Aubergine[/column]

[column col= »1/2″]
√ Betterave
√ Endives
√ Artichaut[/column]

k
√ les épinards (attention effet laxatif). Les préférer surgelés ou en petits pots industriels jusqu’à 6 mois, car présence de nitrates dans les épinards frais.
√ les carottes (Les éviter frais pour les mêmes raisons que les épinards.)
√ les tomates (sans peau, ni pépins),
√ le blanc de poireaux (le vert du poireaux est déconseillé au début car très riche en fibre, il favorise une mauvaise digestion)

Eviter les choux de bruxelles, topinambours, salsifis et légumes secs car ils favorisent les gazs intestinaux et sont difficile à digérer.

A noter que la notion de fraicheur des fruits et légumes n’a d’intérêt que dans le cadre des apports en vitamine C. Cela suppose que les fruits ou légumes proviennent directement d’un verger ou d’un potage et ont été récoltés il y a moins de 24H. Les fruits et légumes retrouvés en grandes surfaces ne répondent donc pas à ces critères. Bien souvent, les conserves faites avec des aliments fraichement cueillis ont des taux en vitamines C supérieurs, elles peuvent donc être utilisées pour la création des petits pots maison.

Pour l’introduction des fruits au goûter (à 5 mois 1/2 ou 15 jours après les légumes) les introduire cuits et mixés au début. A partir de 6 mois il sera possible de les proposer 1 jour cuit, 1 jour crus. Commencer par les fruits suivants :
[column col= »1/2″]
√ La pomme
√ La poire
√ La pêche
√ Le coings (constipe) [/column]
[column col= »1/2″]
√ La banane (constipe aussi)
√ Les myrtilles
√ La prune
√ La nectarine[/column]

Les agrumes comme les oranges, le citron, le pamplemousse ou encore la clémentine sont les plus riches en vitamines C. Ils restent cependant acides, attention donc aux bébés diagnostiqués RGO (lire l’article) comme Mini-NOus.

Attention, l’introduction des produits à fort pouvoir allergisant comme le kiwi, le céleri, les arachides, les fruits à coque, ou les crustacés doit être retardée après 1 an.

A partir de 6 mois, vous pourrez introduire les laitages et fromages frais. Préférer les laitages « bébés » contenant moins de protéines et surtout enrichis en fer, acides gras essentiels et vitamines.
Commercer par 1/2 yaourt puis 1 par jour au lait entier ou demi-écrémé
Les petits suisses et fromages blanc (30 à 35% de MG) : 1 par jour maximum au début
ATTENTION : Ils ne constituent qu’un complément au lait 2 eme âge qu’ils ne remplacent pas !
A titre de comparaison : 150ml de lait infantile = 1 yaourt nature + 60gr de fromage blanc + 30r de fromage + 4 petits suisses de 30r

A partir de 6mois 1/2, il est possible d’introduire viandes, volailles, poissons, oeufs. A noter que la viande n’est jamais indispensable la 1ère année. Eviter les viandes grasses comme le porc ou le mouton et préférer le veau, l’agneau, le boeuf, le jambon blanc sans couenne, les volailles à chair blanche (poulet, pintade, dinde). Donner 5 à 15gr de viande par jour à 6 mois (1 cuillère à café de viande mixée = 15r) . Entre 10 et 30gr par jour à partir de 8 mois.

Pour les poissons, assurez vous de sa fraicheur. Les poissons surgelés peuvent aussi être donnés SAUF le poisson pané. Préférez les poissons pauvres en graisses (merlan, limande, colin, morue, dorade, sole, lieu, truite, cabillaud). Les poissons gras comme le thon, les sardines, le saumon ou le hareng ne seront pas introduits avant 2 ans.

Contrairement aux idées reçues, les oeufs cuits durs, peuvent être introduits des 6/7 mois.

Voici une réparation proposée pour la semaine : 1 volaille, 1 abat , 1 poisson, 1 jambon, 2 viandes, 1 oeuf. A 6 mois : donner 3 cueillères à café (càc) soit 15gr / A 8 mois : 4 càc / A 1 an 4 à 6 càc / Avant 8 ans : 1 seul repas avec « viandes » par jour.

Pour terminer, l’introduction des graisses se fait en petite quantité (1/2 à 1 càc après 6 mois) en mettant une noix de beurre ou un peu d’huile (olive ou mélangées) dans les légumes et les potages.

Voila, avec toutes ces informations, que je rappelle données par mon pédiatre, vous avez toutes les clés en main pour réussir la diversification alimentaire de votre bébé. Vous pouvez également télécharger et imprimer le tableau récapitulatif de la diversification établi par le PNNS (Programme Nationale Nutrition Santé). A coller sur votre frigo !

Pour terminer, je vous invite aussi à découvrir mon article : 9 astuces pour cuisiner malin les repas bébé.

 Des choses à rajouter ? Votre expérience à partager ? N’hésitez pas !
Au plaisir de vous lire !

Si vous aimez, partagez !
Leave a comment
Article précédent Article suivant

NE RATEZ PAS :

4 Commentaires

  • Répondre La Minute d'Emy

    Lucas est encore trop petit mais ton article me sera bien utile dans quelques mois.

    31 octobre 2015 at 23 h 47 min
    • Répondre Mélanie - Gazette Future Maman

      Tu verras ça passe vite ! Contente que mon article te plaise et te soit utile dans le future. C’est le but !
      Biz

      1 novembre 2015 at 17 h 58 min
  • Répondre Estelle

    Bonjour ! Merci pour cet article clair et précis ! Je vais commencer la diversification pour ma petite Louise d’ici deux semaines, et je suis un peu perdue et anxieuse de mal faire ! On m’a dit qu’il fallait introduire un aliment à la fois, comme tu le précises dans ton article, et que pour adoucir les purées, il faut toujours ajouter de la pomme de terre. Est ce réellement nécessaire ? Le faisais-tu pour ton enfant ?
    Merci en tout cas pour ton blog, qui est très agréable à lire.

    Estelle

    18 août 2016 at 15 h 52 min
    • Répondre Mélanie - Gazette Jeune Maman

      Bonjour Estelle.

      Personnellement, je n’ai jamais mis de pomme de terre pour adoucir mes purées. Par contre, j’en met de temps en temps dans les purées trop liquides (courgettes) pour les épaissir et les « lier ».

      Bonne diversification alimentaire avec ta petite Louise. C’est génial de les voir manger comme des grands.

      A bientôt.

      18 août 2016 at 16 h 46 min

    Laisser un commentaire