Qui m’aime me suive !

Motricité libre : Accompagner bébé jusqu’à la marche.

Lundi dernier, le 16 Novembre 2015, j’ai eu la chance d’assister à une conférence animée par Michèle FORESTIER, kinésithérapeute spécialisée depuis 35 ans dans la rééducation des bébés et auteure du livre : De la naissance aux premiers pas : Accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices (Edition ERES – Septembre 2011). Sa conférence axée sur le principe de la motricité libre m’a permis de connaitre les bons gestes et les erreurs à éviter pour accompagner bébé jusqu’à la marche.

En croyant bien faire ou par pression de l’entourage, nous sommes nombreux à proposer la position assise ou debout trop tôt. Qui n’a jamais entendu : Alors elle tient assis ? Elle fait ses nuits ? Elle a des dents ?? Elle marche ? Si vous avez le malheur de répondre non, on vous fera gentiment comprendre par quelques remarques bien senties que votre bébé est « en retard » car le fils de la fille de la cousine du voisin à marché à 11 mois. Et lorsque enfin votre progéniture marchera, vous aurez le droit à tout un tas d’autres questions : Elle mange bien ? Elle est propre ? Elle Parle ? Bref, vous n’en finirez jamais !

Le principe de motricité libre, sujet de la conférence, ne date pas d’hier. Il a été découvert par Emmi Pickler en 1947 et prône l’autonomie de l’enfant. Cette approche éducative repose sur le fait de laisser l’enfant libre de tous ses mouvements, sans les lui enseigner et les lui imposer. Peu à peu il acquerra naturellement et dans un ordre chronologique précis les différentes positions qui lui permettront d’assimiler la marche.

L’apprentissage de la marche peut être comparé à la construction d’une maison. Il faut des bases solides avant de passer à l’étape suivante. Inutile donc de mettre bébé assis trop tôt. S’il ne s’assoit pas seul c’est qu’il n’est pas encore prêt. Idem pour la marche. Avant de tenir debout, un enfant effectue tout un cheminement : à partir du plat dos, il se retourne sur le côté, puis sur le ventre, rampe, passe à quatre pattes et découvre à cette étape la position assise autonome au sol. Il passe ensuite à genoux, prend appui sur un support avec ses mains, se met en position du chevalier servant  et parvient à la position debout. Il se déplace d’abord latéralement le long des meubles, cherche ensuite à lâcher un appui pour en tenir immédiatement un autre. Il peaufine son équilibre, se lâche quelques secondes et fait ses premiers pas lorsqu’il est prêt et à confiance à lui.

etape de la marche

Au final, l’on peut décortiquer les étapes jusqu’à la marche en 3 phases :
√ La phase statique (positions à plat sur le sol)
 La phase dynamique (bébé se retourne et commence à pivoter sur lui-même comme une boussole lorsqu’il est sur le ventre, il cherche à avancer en rampant, puis à quatre pattes)
 La découverte de la verticalité avec la position assise, puis debout.

Cette approche du « laisser faire » apporte de nombreux bienfaits à bébé : autonomie, concentration, persévérance, fierté de réussir par lui-même, confiance en lui, connaissance de son corps et de l’espace, travail des membres inférieurs, alternance des appuis.

En pratique, voici les bons gestes et les erreurs à éviter pour accompagner votre enfant jusqu’à la marche.

k

Les erreurs à éviter

1/ Ne jamais mettre un bébé dans une position s’il ne sait pas s’y installer, ou en sortir seul. On ne le mettra pas assis, ni debout avant qu’il ne le fasse de lui-même. On ne lui apprend pas à acquérir ces postures : il les découvre seul, à partir de sa maturation neurologique et au gré de son désir d’expérimenter de nouveaux mouvements. Vers 6/8 mois, on a tendance à vouloir assoir notre bébé en le posant au beau milieu de son tapis d’éveil, avec une multitude de coussins autour, au cas où il tomberait. Ce « au cas où » doit justement mettre la puce à l’oreille. Si bébé vacille et tombe c’est qu’il n’est pas prêt à s’assoir. On se dit souvent, qu’il est mieux dans cette position, pour jouer et pour voir le monde qui l’entoure. Mais c’est faux. Un enfant à qui l’on a imposé la position assise, ne sera pas à l’aise pour jouer et ne pourra pas attraper les objets éparpillés autour de lui car son équilibre est trop précaire. Le moindre mouvement va le déséquilibrer.

2/ Ne pas l’encourager à pousser sur ses jambes en le mettant debout sur vous. Cela le conduit à découvrir la verticalité trop tôt. Bébé voudra alors être tous le temps debout mais son corps ne sera pas prêt et cela lui donnera de mauvais appuis.

3/ Evitez de mettre des chaussures trop tôt. Celles-ci faussent la marche. Bébé ne « déroule » pas le pied. Imaginez que les chaussures que vous mettez à son pied, sont pour lui, l’équivalent de nos chaussures de montagnes. Pas très confortable me direz vous. Mettez des chaussures uniquement lorsqu’il sait bien marcher et lorsque vous sortez. Chez vous, pour éviter qu’il ne glisse, certaines paires de chaussettes existent avec des coussinets antidérapant. Pensez également aux chaussons souples en cuire, idéal pour les débuts. D’ailleurs, 2 camps s’opposent à ce sujet. Les PRO et les ANTI-chaussures.

4/ Bannissez les Yoopala et autres trotteurs ! Tout d’abord, il fausse l’équilibre de votre enfant, puisque celui-ci est sans cesse maintenu. De plus, il donne une mauvaise position à votre bébé, qui aura ensuite tendance à marcher sur la pointe des pieds. Il « coupe » également le corps de bébé en 2, qui ne voit donc plus ses jambes et l’empêche d’assimiler tous ses mouvements.

motricite libre yoopala trotteur

j

5/ Evitez de rajouter un « sur-tapis » dans le parc de votre loulou. Même si vous pensez bien faire en lui apportant du confort supplémentaire (j’ai moi-même fait l’erreur), cela l’empêche d’avancer pour ramper. En effet quand il cherche à s’aider de ses bras pour avancer, c’est le tapis qui vient vers lui.

6/ Ne pas aider bébé à marcher en le tenant par les 2 mains. Cela creuse son petit dos et lui donne une mauvaise posture.

l

Les bons gestes à adopter

1/ Lorsque votre bébé ne sait pas encore se retourner seul, posez le toujours sur le dos. Cette position naturellement physiologique lui permettra de se détendre mais aussi de bouger ses bras, ses jambes, de regarder à droite, à gauche et prendre conscience de son corps et apprendre à le maitriser.

2/ La position ventrale présente aussi beaucoup d’intérêt, on peut donc y installer bébé dès sa naissance sous surveillance. En cherchant à relever la tête puis le torse, bébé va fortifier sa chaîne musculaire postérieure, évitant les risques de plagiocéphalie, plus communément appelée tête plate. Au début, on se contente des moments du change pour retourner l’enfant lors du boutonnage de son pyjama par exemple, puis petit à petit on pourra durant ses moments d’éveil, le lui proposer durant 5/10 minutes. Attention à ce qu’il ne se fatigue pas.

3/ N’accourez pas trop vite lorsque votre bébé n’arrivent pas à faire quelques choses par lui même. A 2 mois 1/2, ma fille savait faire dos/ventre mais pas l’inverse. Nous avions remarqué qu’elle essayait mais en vain. Elle se mettait donc à râler/pleurer pour que nous venions à son secours. Nous accourions à la moindre alerte. Jusqu’au jour où nous avons décidé de la laisser pleurer (un peu) et se débrouiller seule, pour trouver la solution à son problème. A force d’essayer et de lui montrer le chemin (lorsque nous la replacions du ventre au dos nous la faisions rouler sur le coté), elle à su vers ses 4 mois 1/2 se retourner dans les 2 sens. Et qu’elle fierté pour elle, lorsque nous l’applaudissions de son exploit !

4/ Lorsque votre enfant commence à ramper, éviter l’utilisation du parc lorsque cela est possible. De cette manière votre enfant pourra participer à la vie de famille et vous suivre dans vos déplacements. Quoi de plus frustrant pour bébé, de vous voir partir dans la cuisine et de ne pas pouvoir vous suivre car il est « prisonnié » de son parc. Bien évidemment cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’en servir. Le parc reste très pratique, lorsque vous avez besoin de savoir bébé en sécurité le temps de faire tourner une machine, étendre le linge, cuisiner ou encore vous doucher.

porteur bebe motricite libre5/ Si les trotteurs et autres Yoopala sont à bannir, le porteur est quant à lui bénéfique. Il fera un excellent cadeau pour les 1 an de votre bébé. Il permet à votre enfant d’avancer de façon autonome en s’appuyant dessus lorsqu’il n’est pas encore prêt à se lâcher. De plus, le fait de monter dessus, oblige à passer une jambe par dessus et donc de rester sur un seul pied quelques secondes, favorisant l’apprentissage de l’équilibre.

z

6/ Enfin, sachez que chaque enfant à son propre rythme.

Et vous, que pensez vous du principe de motricité libre ?
Le connaissiez vous avant de lire cet article ?
Le pratiquez vous ? 

Si vous aimez, partagez !
Leave a comment
Article précédent Article suivant

NE RATEZ PAS :

20 Commentaires

  • Répondre Weena

    La motricité libre est un concept qui m’interressait bien, dans une certaine limite (par exemple, mettre un bébé assis s’il a le maintient pour – donc sans coussin – s’il sait se rallonger) … mais mon petit était plutôt tonique (cherchait à se mettre debout dans un parc dès 5/6 mois), alors la nounou l’a fait marcher à bras ….
    Et malheureusement, après, le mal était fait … maintenant à 1 an, il adore se mettre debout, marcher le long des meubles … et marcher en nous tenant la main … il ne semble pas pressé de se lâcher, ce qui me désole un peu.

    Je pense que pour un deuxième enfant, j’essayerais de briefer un peu plus la nounou ^^

    22 novembre 2015 at 21 h 15 min
    • Répondre Mélanie - Gazette Future Maman

      Il est vraiment bête que la nounou n’ai pas respecté tes choix. Ton fils se lâchera bien un jour où l’autre. Il faut qu’il prenne confiance en lui et en ses capacités à marcher seul.

      22 novembre 2015 at 21 h 34 min
  • Répondre Julie MM via facebook

    J’ai terminé cette semaine ma formation d’assistante maternelle et nous avons justement étudié le développement psychomoteur de l’enfant et entre autre l’etude de Michèle Forestier! On apprend beaucoup de choses!

    22 novembre 2015 at 21 h 19 min
  • Répondre Elsa T via facebook

    ha très bon article, ça me fait plaisir de voir que pour une fois ça vient d’une maman !! MERCI de la part de toutes les professionnelles de la petite enfance!!!!

    22 novembre 2015 at 21 h 25 min
  • Répondre Elsa T via facebook

    Je suis une adepte de la motricité libre +++ en tant que maman mais je ne juge pas les autres parents qui font ce qu’ils pensent être le mieux pour l’enfant. Ceci dit je vois bien quotidiennement, les apports que cela apporte aux enfants qui ont bénéficié de cette approche et les autres qui sont mis assis trop tôt et qui demande du coup l’aide de l’adulte pour « tout », qui manque de confiance en eux… , sans parler des problème de dos…

    22 novembre 2015 at 21 h 26 min
  • Répondre Elsa T via facebook

    le 4 pattes est une étape très importante pour le développement des bébés, même si ça vient après la marche, peut être que c’est intéressant de creuser un peu cette étape, que certains « loupent » mais qui permet une bonne latérisation, très importante pour tous les futurs apprentissages!

    22 novembre 2015 at 21 h 28 min
  • Répondre Emilie M via facebook

    Vive la motricité libre !!!!! +++++++++

    23 novembre 2015 at 10 h 03 min
  • Répondre charlene

    Chaque bébé a son rythme … tout a fait d’accord ! mon bébé de 4mois et demi est très très tonique il adore bouger dans tous les sens mais … ne se retourne pas ni ventre/dos ni dos/ventre mais adore être sur le ventre et faire la tortue relever la tête essayer d’attraper des objets dans cette position. on va dire qu’il est très curieux mais un peu flemmard !! je le met assis dans un coin du canapé car il aime être dans cette position lorsqu’on le met dans le transat il cherche sans cesse à se redresser donc je me suis dit ….. et non grave erreur à ce que je lis dans l’article. Alors à partir d’aujourd’hui on stimule en le laissant faire à son rythme.
    Merci d’avoir résumé la conférence je suis bien déçue de l’avoir louper !

    23 novembre 2015 at 20 h 06 min
  • Répondre Idril12

    J’ai connu ce concept durant ma grossesse alors que je me questionnais sur l’éducation que je voulais apporter a notre fils. Et du coup nous pratiquons la motricité libre depuis ses débuts. C’est assez mal compris dans l’entourage mais a force de persuasion çà passe. Autrement a ce jour et côtoyons beaucoup d’enfants du même age je vois ce que je pense cela lui as apporter. Il connait ses limites, comprends bien l’ensemble de ses gestes. A bientôt huit mois il fait principalement du 4 pattes et sais passer de meubles en meubles en se laissant même quelques instants a chercher son équilibre. Et il a meme appris a tomber, du coup notre appartement entier est étudié pour être adapté a lui comme un vrai membre de la famille. Enfin bref, tout ca pour dire que la motricité libre on adore, le voir venir de lui meme apres sa sieste ou juste l’entendre sortir de son lit ( qui est au sol ) et jouer dans sa chambre c’est que du bonheur, et beaucoup beaucoup moins de pleurs !

    22 mai 2016 at 22 h 25 min
  • Répondre SOPHIE LEGOFFIC

    Bon article Mélanie ! Bon moi j’ai tout faux… Mais avec son rgo impossible de le laisser sur le dos malheureusement.

    12 juillet 2016 at 20 h 18 min
    • Répondre Mélanie - Gazette Jeune Maman

      T’inquiète pas Sophie, il n’y a pas de tout faux ! 😉 C’est sur qu’avec un bébé RGO il faut adapter. C’est ce que j’ai du faire avec MiniNous aussi au début.
      Mais le RGO n’empêche pas d’éviter les trotteurs/yoopala et de ne surtout pas tenir bébé par les mains pour le faire marcher.

      J’espère que le RGO s’améliore quand même.
      Donne moi des nouvelles
      bisous

      12 juillet 2016 at 21 h 09 min
  • Répondre Marie

    Bonjour,
    Merci pour cet article clair et intéressant. Étant psychométricienne et maman je me retrouve complètement dans cette pratique!
    Avez-vous lu son livre? Est-ce que vous le conseillé?
    Merci!

    21 juillet 2016 at 11 h 04 min
    • Répondre Mélanie - Gazette Jeune Maman

      Bonjour Marie.

      Non je n’ai pas encore lu le livre, 🙁 mais la nounou de ma fille l’a acheté (elle aussi avait assisté à la conférence de Michele Forestier) et elle m’a dit qu’il était vraiment intéressant.
      Il faut que je pense à lui l’emprunter… (je ferai surement un article dessus après lecture). De votre coté, si vous l’achetez, n’hésitez pas à venir me donner votre avis ici.

      Bonne soirée.
      A bientôt

      21 juillet 2016 at 21 h 37 min
      • Répondre Marie

        Je pense en effet l’acheter tant pour des raisons personnelles (j’ai un bébé de 3 mois) que professionnelles car cela est toujours intéressant d’avoir différents points de vu.
        Je vous donnerais mon avis avec plaisir!
        Bonne soirée.

        21 juillet 2016 at 22 h 05 min
  • Répondre imum

    Bonsoir, je viens de lire votre article sur la motricité libre, j’ai des jumeaux qui ont 11 mois, ma fille rampe, elle ne s’assied pas encore et ne fait pas de 4 pattes (je ne l’assois pas) mon fils lui avance à 4 pattes, il ne s’assied toujours pas MAIS il se met debout à l’aide des meubles, il ne sait pas s’asseoir et il ne semble pas interessé par cette étape. Du coup je suis un peu désemparée, je ne sais pas quelle attitude adopter… mercii

    20 octobre 2016 at 23 h 14 min
    • Répondre Mélanie - Gazette Jeune Maman

      Bonjour Imum. Je ne suis pas spécialiste de l’évolution des enfants, mais je pense que chaque enfant va à son rythme…
      En as tu parlé à ton pédiatre ? Peut être profiter de la visite des 1 an pour aborder le sujet ?? Tiens moi au courant.
      Désolé de ne pas pouvoir plus t’aider.. A bientôt,

      23 octobre 2016 at 20 h 03 min
  • Répondre Severine

    Merci mille fois pour cet article ! J’ai découvert la motricité libre quand bébé était déjà née. On m’avait conseillé de la mettre à plat ventre lle plus tôt possible mais à chaque fois elle hurlait, j’ai donc vite arrêté. Résultat, elle a découvert le plat ventre toute seule le jour de ses 6 mois et s’est de suite retournée toute seule aussi sur le dos. Elle était si heureuse !
    Par contre, pour la position assise, le papa n’étant pas convaincu à ce moment-là par la motricité libre l’a mise assise. Il lui arrive n de basculer et de tomber en arrière…! J’avais beau lui expliquer, à présent qu’il est plus documenté j’ espère que nous serons tous deux ok pour proposer une motricité entièrement libre à notre fille. Elle a 11 mois demain, rampe et explore partout, ne fait pas encore du 4 pattes mais cela ne devrait pas tarder vu ses mouvements de genoux et de bassin. Par contre, on ne la mettra plus assise, préférant la laisser découvrir cette position seule.
    Merci encore pour cet article !

    31 octobre 2016 at 22 h 05 min
  • Répondre Marion delheur

    Bonjour

    Nous sommes 100% convaincu par la motricité libre. Notre petite Lison se lève toute seule a l’aide des meubles mais par contre elle n’a pas trouvé la methode pour se remettre au sol du coup on sent que ca la stresse et elle tombe souvent car elle verrouille ses genoux et ne veut pas les replier… nous ne savons pas comment l’aider a part en lui montrant… mais ca n’a pas l’aire de fonctionner…. nous avons fait l’erreur de la faire marcher en la tenant par les bras car elle est tellement tonique qu’elle se dressait sur ses pieds tous le tps…. comment rattraper notre erreur et l’aider… si vous avez des conseils nous sommes preneurs! Merci bcp

    17 juin 2017 at 18 h 28 min
    • Répondre Mélanie - Gazette d'une Maman

      Bonjour. Pour éviter de la faire marcher en lui tenant les mains, avez vous essayé le chariot de marche ? Votre fille pourra marcher, à son rythme car c’est elle qui pousse, prendre confiance en elle et surtout ne pas abimer son dos, ni lui donner de mauvaises postures.. Bien prendre un chariot de marche avec des roues que l’on peut freiner..

      20 juin 2017 at 19 h 27 min
  • Répondre Laura

    Bonjour,
    J’ai découvert la motricité libre un peu trop tard, après que le pédiatre m’ait dit de placer mon fils assis régulièrement… Je me disais que puisque le pédiatre le disait, c’était une bonne chose. Par la suite on a fait l’erreur de mettre notre fils en position debout (si ce n’était pas nous, c’est la famille qui le faisait en le portant sur leurs genoux… Et je ne me sens pas de leur gueuler NON, déjà pour leur faire comprendre que le youpala c’est non, c’est dur…). Du coup, il a découvert la marche assez rapidement avec l’aide de nos bras. Il maitrise bien ses pas, ses pieds sont très bien positionnés, et on bannit les chaussures ! Mais du coup, il compte sur nous pour marcher, il nous attrape les mains lorsqu’il veut avancer. Je culpabilise quand même beaucoup par rapport à son dos comme vous le mentionnez dans votre article.
    Le chariot pousseur arrive la semaine prochaine, j’espère que ça ira mieux et qu’il prendra confiance en lui…
    Avez-vous d’autres pistes pour lui donner confiance en lui pour la marche ?

    23 juillet 2017 at 0 h 19 min
  • Laisser un commentaire